Medici TV et le requiem de Verdi: l’émotion à son comble avec Teodor Currentzis

Je vous ai déjà parlé de l’excellent site de Medici TV consacré à la musique classique et de la qualité de son contenu incroyable, à savoir des concerts (en direct ou en différé), des opéras, des ballets, des documentaires et des masters classes.

Je vous ai parlé également de la qualité de ses productions filmées.

Eh bien, je tiens à y revenir aujourd’hui pour vous parler d’un concert que j’ai eu la joie de voir et d’écouter (vous verrez que les deux ont leur importance) le jour de l’an, en fin d’après-midi.

Il s’agit du splendide Requiem de Verdi, dirigé par Teodor Currentzis, un chef grec enregistré avec son ensemble MusicAeterna le 12 avril 2019 dans l’église San Marco de Milan, là même où l’œuvre fut créée le 22 mai 1874 (Medici parle de 1868, mais cela ne semble pas être correct, puisqu’à cette date, c’est la messe de Requiem en l’honneur de Rossini dont il est question et dont Verdi n’a écrit qu’une partie, le Requiem dont il est question ici étant dédié à Alessandro Mazoni).

Vous pouvez voir un extrait de ce concert ici, il s’agit du Dies Irae, je n’arrive malheureusement pas à l’insérer directement dans cet article.

Ah, eh bien si en fait, grâce Vadle!

Les solistes tous magnifiques:

  • Zarina Abaeva | Soprano
  • Eve-Maud Hubeaux | Mezzo-soprano
  • Dmytro Popov | Ténor
  • Tareq Nazmi | Basse

Cet enregistrement est tout simplement époustouflant tant pas sa musicalité, sa sacralité, la qualité de l’orchestre jouant debout, celle du chœur, des solistes dont je viens de parler, mais aussi par l’incroyable réalisation filmographique de l’œuvre.

Les images sont d’une beauté tout simplement renversante.

Vous regardez les premières minutes, et vous ne pouvez plus décoller.

Teodor Currentzis semble tout simplement visité par la musique et la manière de le filmer, lui, et tous les autres musiciens ajoutent à cette immersion complète que nous vivons dans l’œuvre.

Dieu que nous sommes loin des dorures du Concert du Nouvel-An à Vienne, avec des images qui te sortent de la musique, certes bien plus légère.

Ici, l’image, les éclairages, les ombres sont au service de la musique

C’est à tomber d’émotion.

Je crois que rien que pour ce concert, je ne regrette pas les 99 € annuels de l’abonnement à Medici TV.

Un Too Much Bô pour lui, mais aussi pour cette réalisation et tous ceux qui y ont participé, Verdi compris.