C’est finalement toujours Evernote qui gagne

Le 23 juin 2008, à son lancement, Evernote était une sorte d’OVNI dans le monde de la prise de notes.

Multiplateforme, en ligne, synchronisé très vite avec les mobiles dès qu’ils ont existé, Evernote avait tout compris.

Ses fonctions principales dans sa version gratuite ont fait de lui le chouchou de tous ceux désiraient stocker tout ce qui leur passait sous la main ou sous le curseur, des pages Web, des documents, des photos, des sons, des courriels, et j’en passe.

Il faut dire qu’il avait tout pour lui, à savoir une intégration incroyable dans notre milieu digital: tout programme qui se respecte peut, d’une manière ou d’une autre, collaborer avec Evernote.

Aucune plateforme de prise de notes n’est mieux intégrée que lui à nos systèmes.

Et puis, Evernote a été confronté à la concurrence du marché et s’est peut-être un peu endormi sur ses lauriers.

Les choses sont devenues plus dures pour la plateforme basée à Redwood City en Californie,, quand elle a décidé de rendre l’option Premium payante pratiquement obligatoire à tous ceux qui voulaient vraiment l’utiliser, regardez plutôt:

Avec 60 Mb de limite de téléchargement par mois, certes, on peut s’en sortir, peut-être, si on a très peu de notes.

Par contre, dès qu’on fait un usage un peu normal d’Evernote, à savoir y stocker tout ce qu’on peut imaginer ranger quelque part, 60 Mo par mois, c’est vraiment très peu.

Et puis, le problème de la version gratuite, c’est que vos documents ne sont pas sauvegardés en local et ne sont consultables qu’en ligne.

Donc bon, je pars sur le principe que l’on parle ici de la version Premium d’Evernote, celle qui revient donc 84 francs par année, à savoir 7 francs par mois.

Evernote a changé, enfin, mais ça n’a pas été simple

Je décrivais Evernote sur Cuk.ch ici le 15 août 2008.

Tout ce que j’en disais est resté valable, à savoir qu’il sait tout faire, mais pendant des années, il a peu évolué.

Certes, ce programme permet de récupérer des images, des extraits de pages Web à l’aide de son excellent Web Clipper sur les principaux navigateurs, des étiquettes de vin à l ‘aide de l’appareil photo (ce n’est qu’un exemple hein!), des articles de journaux, des numérisations, et ceci que ce soit en interne dans l’application ou depuis tellement d’autres logiciels!

Certes, la reconnaissance de caractères fait son travail sur ce que vous avez photographié, vous permettant de rechercher des textes sur des photos, par exemple.

La photo de cette note montre un drapeau avec “funding”. J’ai fait une recherche sur le même terme, en haut, à gauche, et la note est retrouvée. L’OCR est passée par là.

Certes encore Evernote est un standard, toute application qui se veut un peu sérieuse permet d’envoyer son contenu vers cette plateforme.

Oui, la grande force d’Evertone, c’est d’être accessible de partout, tant en lecture qu’en écriture, même depuis un ordinateur qui n’est pas le vôtre, à travers son interface Web.

Rien de plus facile d’envoyer par exemple le contenu d’un courriel depuis Mail vers Evernote (il suffit de connaître l’adresse courriel de votre compte), si ce n’est peut-être envoyer le contenu depuis un autre client mail, à savoir Spark, Postbox, Airmail qui eux permettent de le faire encore plus subtilement.

Nonobstant tout cela, le fait qu’Evernote ne bouge que très peu pendant une dizaine d’années m’a fait souvent regarder vers la concurrence qui pointait son nez.

J’ai testé Notes d’Apple, OneNotes de Microsoft, DevontThink 3 dont j’ai parlé longuement ici en compagnie d’Evernote bien sûr, et bien d’autres encore sur des conseils de lecteurs trouvés en commentaires de mes précédentes interrogations.

Et puis génial, Evernote a annoncé un grand changement à la fin 2020: l’arrivée de la version 10.

L’idée selon Evernote?

Être toujours aussi efficace, mais plus simple à utiliser, plus ergonomique dans la recherche, être meilleur partout.

Le problème?

Evernote a voulu nous présenter son bébé un peu trop tôt, quand il n’était pas prêt.

L’impression d’une note par exemple était déficiente au début de la nouvelle version, ce n’est désormais plus le cas.

Autre exemple, pour moi qui ai souvent besoin d’envoyer mes notes à mes collègues, certes, il était toujours possible d’en partager une ou plusieurs, mais pour cela, il fallait que ceux à qui j’envoyais une invitation de partage soient utilisateurs de la plateforme, avec un compte à leur nom.

Moi, je voulais juste envoyer une note par courriel comme Evernote a toujours su le faire, eh bien ce n’était pas possible.

Depuis quelques semaines, ça l’est à nouveau, et c’est pour moi un réel soulagement.

Evernote était un peu paresseux dans ces premières “nouvelles versions”, il ne l’est plus du tout, il est même tout à fait rapide maintenant.

En dehors de cela, les progrès sont bien réels.

La recherche a notablement évolué, avec des filtres basés sur des carnets, des étiquettes, des pièces jointes, entre autres choses.

2 filtres ont été ajoutés pour la recherche (qui peut être enregistrée)
Le résultat de la recherche Apple et Garantie

Dans l’édition des notes, la barre d’outils est bien plus ergonomique, notamment avec son menu Insert qui permet d’ajouter un peu n’importe quoi (ou plutôt tout ce que vous voulez, c’est plus positif) à une note.

Dans la toute dernière mouture datant d’il y a quelques jours, une nouvelle page d’accueil, est apparue.

Comme vous le voyez, elle affiche sur un seul panneau les dernières captures, une note épinglée (section vide chez moi), les dernières notes retouchées, vos carnets de notes, les étiquettes, les raccourcis et un équivalent Post-it, j’en passe et des meilleures (voir la figure).

C’est intéressant, mais je regrette que le bloc-notes jaune soit mono page. Cela réduit son intérêt. Notez que la page jaune peut être transformée en note normale, ce qui a pour effet de l’effacer, ce qui est une bonne idée. Il est d’ailleurs possible d’effacer ladite page jaune sans la transformer en note, voir figure précédente.

Notez que tout ce qui est affiché sur le panneau d’accueil peut être personnalisé, retiré, réordonné et redimensionné, puisque tout est basé sur des widgets, un peu comme Apple l’a fait avec iOS.

Evernote a également épuré son interface et l’a rendue plus cohérente entre ses différentes déclinaisons.

Cela étant, la version iOS est en dessous sur quelques points par rapport à la version Mac, notamment dans la gestion des tableaux que je n’arrive pas à éditer sur cette plateforme, à l’heure où j’écris ces lignes. Je suis certain que cela va progresser, mais actuellement, sur iPadOS, insérer un tableau de 3 colonnes et 2 lignes sans rien pouvoir changer ne tient tout simplement pas la route, c’est pourtant la seule chose que j’arrive à faire.


Mise à jour du 11 mars 2021

Ce qui est écrit dans le paragraphe ci-dessus fait partie du passé puisqu’il est possible d’éditer les tableaux également dans iOS dans la toute dernière version iOS!


En conclusion

Permettez-moi de citer ici ce que dit Evernote de ses nouveaux outils:

Aujourd’hui, nous avons lancé le tout nouvel Evernote pour iOS. Cette avancée marque la première d’une série de versions que nous publierons sur les plates-formes Windows, Mac et Android.

Quiconque a suivi les progrès d’Evernote sait que ce moment a été long à venir. Beaucoup plus long, en fait, que ce à quoi nous nous attendions lorsque nous avons décidé de « nous concentrer sur l’essentiel » en janvier 2019. Il se trouve que l’essentiel n’est pas toujours aussi élémentaire qu’on pourrait le penser. Pas lorsque des millions de personnes comptent sur vous, chacune ayant des besoins et des façons uniques d’utiliser Evernote. Nous savons que vous attendiez ce jour avec impatience. Nous sommes ravis qu’il soit arrivé, et nous pensons que l’attente en valait la peine.

Ce qu’il faut retenir d’aujourd’hui, c’est que nos utilisateurs d’iPhone et d’iPad ont une nouvelle application sympa à télécharger et à tester : une application améliorée, plus rapide et plus facile à utiliser. Mais ce n’est qu’une partie de l’histoire. La véritable nouvelle est qu’Evernote est de retour, plus énergique et dynamique que jamais, et remplissant notre mission : vous permettre de vous souvenir de tout et d’accomplir n’importe quoi.

Evernote

Quelque part, Evernote a souffert, et l’admet ouvertement, je trouve cela très bien.

Avec la pression, ils ont sorti leur logiciel quelques semaines trop tôt offrant une version en régression avec ce que nous connaissions auparavant.

Désormais, il me semble assez clair qu’Evernote a rattrapé son retard: son logiciel est performant, efficace, agréable à utiliser.

J’ai douté, longtemps, et même encore très récemment.

Mais l’entreprise m’a rassuré: oui, Evernote est de retour, et cela semble ne pas être terminé puisque de nouveaux Widgets sont annoncés, plus puissants que ceux qui sont déjà de la partie.

Il faut maintenant améliorer les versions iOS, notamment les tableaux, les dessins avec l’Apple Pencil qui ne sont pas éditables une fois qu’on les a validés, mais ce n’est qu’une question de temps, et il me semble que désormais, les choses devraient aller assez vite.


Mise à jour du 11 mars 2021

Les deux problèmes évoqués au paragraphe ci-dessus ont été corrigés dans la toute dernière version iOS!


Pour tous les services qu’il m’a rendus jusqu’à ce jour, pour la nouvelle page d’accueil, pour le confort d’édition et de recherche, oui Evernote reste pour moi le meilleur et mérite un Too Much Bô.