Vous êtes courageux, Monsieur Berset, merci à vous

Lors du premier confinement, je n’ai pas été très tendre avec le Conseil Fédéral, et plus particulièrement avec Monsieur Berset dans un article écrit quelque peu sur le coup de l’émotion, de l’angoisse de cette pandémie qu’on ne connaissait qu’à peine.

Je reprochais au Conseil Fédéral d’être trop frileux, de ne pas aller assez loin dans les restrictions et de ce fait, ne pas jouer le jeu.

Je reprochais aussi, toujours dans cet article, à Monsieur Berset comparer sa politique à celle de ses voisins qu’il disait être de la politique spectacle. Il avait été particulièrement maladroit sur ce coup-là, et je dois dire qu’il m’avait bien énervé, du coup, j’avais été maladroit moi aussi en le critiquant parce qu’il avait bafouillé, ce qui n’était vraiment pas malin.

Cela étant, après cette première vague, les premiers résultats donnaient plutôt raison à Monsieur Berset: finalement, la Suisse ne s’en était pas trop mal sortie en comparaison des autres pays.

Les politiciens faisaient alors bloc derrière le Conseil fédéral, nous allions vers le mieux, bref, on avait tous tendance à se taper un peu sur l’épaule avec un grand sourire, jusqu’à ce qu’arrive la deuxième vague, elle, plutôt mal gérée pour deux raisons:

  • Les prérogatives n’étaient plus claires puisque les cantons avaient repris les rênes en grande partie pour les ouvertures et les fermetures, différentes dans chacun d’entre eux, bonjour les sentiments d’injustice et d’incompréhension de la population;
  • Nos politiciens commençaient alors à ne plus être d’accord, la droite voulant à tout prix rouvrir, la gauche étant plus prudente.

Lors de cette deuxième vague, pendant plusieurs semaines, nous avons été parmi les plus mauvais élèves de l’Europe, le gouvernement n’osant pas prendre de décisions drastiques alors que tous les états qui nous entouraient, qui étaient moins touchés que nous, eux, prenaient leurs responsabilités.

Monsieur Berset admet d’ailleurs aujourd’hui n’avoir pas été assez prudent lui et ses collègues du Conseil fédéral.

Et depuis un peu plus d’un mois, voilà que les nouveaux variants viennent perturber le paysage.

Voilà qu’on sent bien que les courbes remontent, touchant des populations de plus en plus jeunes puisque les personnes âgées sont maintenant heureusement protégées pour la plupart, avec un taux de mortalité notamment du variant britannique qui semble plus élevé selon les dernières études que ce que nous connaissions avant, contrairement à ce que l’on pensait il y a quelques semaines.

C’est ce moment que l’UDC suisse (notre extrême droite à nous) a choisi pour traiter Monsieur Berset de dictateur, comparant également notre pays à une dictature.

Cette même extrême droite qui, avec quelques radicaux (un parti bien à droite aussi, en Suisse) a tenté de faire entrer dans la loi, il y a deux semaines, une date de réouverture des restaurants pour le 22 mars, comme s’ils ne comprenaient pas que la Pandémie, elle, n’obéit pas aux lois.

Des véritables petits gamins criseux qui tapent du pied en hurlant « moi je veux, moi je veux ».

Ces mêmes petits enfants criseux qui ne supportent pas que, la semaine passée, le Conseil fédéral donne un espoir d’ouverture (sous une telle pression, ils ne pouvaient pas faire autrement) nos 7 sages ayant déclaré:

«nous verrons la semaine prochaine si nous pouvons ouvrir le 22 mars, parce que pour l’instant, trois des quatre indices qui nous aident à décider des assouplissements ou des restrictions plus dures ne sont pas bon”,

et que vendredi passé, parce que les conditions se sont encore détériorées, ce même Conseil fédéral finalement décide de ne pas rouvrir les restaurants, les théâtres, les cinémas.

« Mais papa, t’avais dit que tu rouvrirais, c’est trop injuste que finalement, tu ne le fasses paaaaas », hurlent-ils en pleurant, vexés parce que le Conseil Fédéral a juste pris ses responsabilités.

Eh bien, sur ce coup, vendredi après-midi, Monsieur Berset, je vous ai trouvé incroyablement courageux, et cela fait d’ailleurs un moment que vous m’épatez.

D’abord, on vous envoie tout seul annoncer les mauvaises nouvelles, déjà ça, je ne trouve pas terrible, et vous avez magnifiquement assumé, montrant à la fois votre tristesse, votre grande lassitude, mais aussi votre détermination.

Votre manière de dire

« nous avons déjà fait l’erreur de rouvrir trop tôt lors de la première vague, nous avons fait une erreur lors de la deuxième vague en n’étant pas assez prudent, on ne va tout de même pas refaire la même chose une troisième fois ou bien? »

eh bien c’était exactement ce qu’il fallait dire, lorsqu’on est à la tête d’un état.

Bref, je suis fier de vous et, puisque vous dites que le Conseil fédéral est uni comme jamais dans toutes ces décisions pas faciles à prendre, je suis fier de vous sept, même si, je le répète, les autres membres du collège n’auraient pas dû vous laisser seul face à la presse vendredi, sachant à quel point vous êtes sous la pression de certains qui vous voient comme l’incarnation de tous les problèmes que nous traversons.

Oui, vous avez pris courageusement la seule décision raisonnable.

Non, vous n’êtes pas un dictateur, ou alors tous les dirigeants des pays qui nous entourent le sont aussi, voire sont bien pires, puisqu’ils vont bien plus loin que nous.

Que ce soit très clair, je sais mon privilège de pouvoir continuer à travailler, et Dieu sait si je le fais avec encore plus de détermination depuis un an, et je sais mon privilège de toucher mon salaire à la fin du mois.

Je suis conscient que ce qui arrive à toutes celles et à tous ceux à qui on interdit de travailler, dans la restauration et dans la culture notamment, ce doit être absolument épouvantable.

Mais rouvrir n’est actuellement certainement pas la solution pour autant.

La solution, ce sont des aides massives qui ont été en grandes parties votées et qui commencent à arriver, malheureusement bien tard. Il faut accélérer le mouvement.

Des aides massives même pour ceux qui ne sont pas des cas de rigueur parce qu’ils sont perdu moins de 40% de chiffre d’affaires.

Parce que moi, si on m’enlève 39% de mon salaire, je ne sais pas comment je pourrais m’en sortir, et je ne suis pas sûr que les politiciens qui ont fixé ce seuil pour que l’on puisse toucher des aides puissent le faire non plus.

Oui, il faut aider, aider encore, tous ceux, sans exception, qui ne peuvent plus tourner parce qu’on les empêche de travailler.

Et parallèlement, gérer la situation sanitaire alors qu’on sait que, dans quelques semaines, tout cela ira mieux puisque nous serons bien plus à être vaccinés: il n’y a qu’à voir comment les choses évoluent en Israël, c’est réconfortant, non?

En ce qui me concerne, je peux me passer d’aller au restaurant, au théâtre ou au cinéma pendant quelque temps encore, surtout que l’offre culturelle à la télévision ou sur Internet est florissante.

Je me réjouis de pouvoir refaire toutes ces choses-là, mais je peux encore attendre quelques semaines, même quelques mois.

Ceux qui nous offrent ces prestations par contre ne peuvent plus attendre, et je le répète encore une fois, aidons-les massivement pour qu’ils puissent se maintenir à flot et vivre dignement, afin de pouvoir être là dès qu’il sera possible de rouvrir, rouvrir, oui, mais dans la mesure du raisonnable.

Je crois savoir que nous en avons les moyens, même si nous savons que cela va coûter très cher.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

42 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

ysengrain
ysengrain
il y a 1 année

Il est tout de même étonnant, – en fait non !! – d’observer que les partis des yaka (rouvrir), ifô (rouvrir), on doit (rouvrir), oublient que les décisions raisonnables sont la conséquence non pas de décisions politiques faites pour emmerder le monde et les populations mais seulement et uniquement de la présence d’un virus qui- a mis par terre l’économie mondiale- désorganisé des pans entiers des économies particulières – le monde des spectacles, les restaurants, l’aviation civile, etc…- a mis et met encore les soignants dans des situations extrêmement pénibles de stress intense- tué 2.400.000 êtres humains dans des conditions terribles – je suis prêt à rapporter en message privé l’expérience des patients que j’ai pris en charge- génère encore l’attitude imbécile des partisans de la non-vaccinationAlors que si un ou des politiques prennent des décisions appropriées et “non-bolsonarienne “, je dirais que je ne les applaudis pas, je dis RESPECT

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 année

Et je ne raconte pas les pressions qu’il a subies.

Je crois que la droite n’a pas imaginé qu’il allait résister, et ils sont pantois face à cette décision.

Enfin, pantois… entendons-nous!

Il faut savoir que l’UDC en fait un maximum dans les hauts cris, notamment le candidat UDC à Genève pour le Conseil d’Etat, avocat de profession qui a comme premier point de son programme (en fait, il n’en a pas, cela a été relevé par la presse) mais qui dit alors quand on le met en face de ce manque donne donc comme premier point: “Faire en sorte que les restaurateurs qui ouvrent malgré la restriction ne soient pas ennuyés”.

Ça promet s’il passe!

Mais rassurons-nous, il ne passera pas.

Henri Giordan
Henri Giordan
il y a 1 année

J’aimerais que vous m’informiez de ce que les Autorités helvétiques ont fait pour promouvoir les traitements possibles (l’ hydroxychloroquine dans le stade précoce de la maladie, ivermectine, par exemple) de cette maladie et les actions de prévention. Merci.

Daniel Pesch
Daniel Pesch
il y a 1 année
jdmuys
jdmuys
il y a 1 année

Je ne peux pas ne pas répondre que promouvoir l’hydroxychloroquine, comme certains clowns orange, était stupide. Un traitement doit être efficace pour être recommandé, ce que l’hydroxychloroquine n’a jamais été, et c’était visible très tôt. Quant au professeur Raoult, je préfère me taire, mais il n’est pas très reluisant.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 année

Nous sommes d’accord que Daniel allait dans ton sens!

Zallag
Zallag
il y a 1 année

Tu as raison en parlant de tous les traitements possibles. On ne parle que de vaccins, c’est sans doute une erreur. Il y a des médicaments.Des journaux, des sites sont dédiés à de tels médicaments, je te mets un lien vers un article de Capital, tout récent, du 19 mars.Les personnes qui critiquent les médicaments repositionnés n’ont rien lu de ce qui paraît depuis deux ou trois mois à ce sujet. Ils ont 10 à 12 mois de retard, dans le meilleur des cas, et, à ce moment, ce questionnement était peut-être intelligent.Et les médicaments repositionnés qui fonctionnent sont actifs contre les variants, on les connaît depuis 30 ans, on n’a pas besoin de tester leur toxicité ou leurs effets secondaires.Quand il y a le feu dans une maison, on ne va pas sur internet pour trouver quel est l’extincteur le plus valable selon les tests des revues des consommateurs, on se rue sur un seau qu’on remplit d’eau, et on agit aussi vite que possible avant de ne pouvoir contrôler la situation que toujours plus difficilement.

ysengrain
ysengrain
il y a 1 année

Le système d’abonnement qui me permet de lire les publications médicales m’a informé qu’au 31 décembre j’avais lu cinq cent cinq articles sur le Covid.
Je n’ai pas compté, mais il y en a eu bon nombre sur l’hydroxychloroquine : aucun, aucun d’entre eux n’a pu trouver la moindre action de cette substance dans le Covid.
Raoult a raison simplement sur un point : L’HCQ inhibe la croissance du virus in vitro est pas in vivo

Noisequik
Noisequik
il y a 1 année

Bon, cette histoire de terrasses partait mal depuis le début et n’avait pas vraiment de sens.

Je dois dire que le télétravail me convient bien et j’espère que cela va durer car c’est une mesure simple qui n’entraîne pas trop de désagréments.

Je n’ai pas compris pourquoi certains cantons veulent que l’obligation soit levée.

Pour le reste, attendons…

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 année

Je pense qu’Ysengrain t’a répondu…

Zallag
Zallag
il y a 1 année

Un scientifique curieux d’éléments qui sont récents et qu’il ne connaît pas encore ne répond qu’après réflexion, lecture et consultation des références, et non pas impulsivement… Je verrai bien, et aussi dans 5 ou 6 mois, quand on en sera à une douzaine de variants, et de vaccins, au train où ils apparaissent…?Bien sûr, je souhaite me tromper. Je ne suis pas contre les vaccins, ni contre les pompiers. Mais on peut commencer tout de suite à se battre.

Caplan
Caplan
il y a 1 année

On a une industrie pharmaceutique qui nous coûte des milliards supplémentaires par année sous prétexte qu’il faut financer la recherche. Et quand on en a besoin, il n’y a plus personne! Le Conseil Fédéral, comme en cas de guerre, devrait OBLIGER cette industrie à nous fournir tests et vaccins rapidement et en suffisance. Et il n’y a pas de mais!
?

6057d4066490c2960dec2359.jpg

ysengrain
ysengrain
il y a 1 année

Je ne connais pas le motif de la pénurie de vaccins. Le moins touché des pays est les USA.
Les négociations sur le prix des vaccins pour les USA s’est fait en février 2020. À ce sujet je rappelle que le génome du virus a été publié par les Chinois le 11 janvier 2020… Moderna annoncé avoir le vaccin le 13 janvier 2020.
Pour l’union européenne ce n’est pas avant septembre octobre que cette négociation a eu lieu. Il y a aussi la question du prix négocié qui a influé. Le bon exemple sur ce sujet : Israël qui a payé plus de 40 % supplémentaires… On voit où en est leur niveau de vaccination.
En dernier lieu, le système de fabrication des vaccins quel que soit leur mode de fonctionnement (ARN messager, re combinant…) Est apparemment très difficile à maîtriser.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 année

Heeuu… Tu as lu ce qu’écrit Ysengrain? Tu prétends qu’il est impulsif malgré ses centaines de lectures sur le sujet?

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 année

Caplan, je suis d’accord avec toi sur le fond, mais tu m’excuseras (parce que tu m’excuseras d’avoir tout de même un et même trois “mais”):

• Il faut un cadre légal pour réquisitionner une entreprise, pas sûr qu’il existe;

• pour changer le cadre légal, on a vu que l’UDC et ses copains radicaux étaient prêts à le faire du jour au lendemain pour inscrire dans une loi une date d’ouverture fixée au 22 mars (j’en ris ou en pleure encore…), mais ces mêmes personnes n’ont aucun avantage à faire de même pour forcer une réquisition d’entreprise, tu penses, c’est un peu plus compliqué et surtout, beaucoup de ces gens ont trop d’intérêts dans les pharmas pour oser les déranger;

•Nous avons vu que Moderna a pu mettre en place des lignes de fabrication pour le principe actif de son vaccin, mais ça a pris une année, ce qui est déjà assez incroyable tant ça a été rapide (nous ne sommes pas en Chine…). Pas sûr que les pharmas suisses aient les lignes de production pour produire ce vaccin, même si j’ai lu qu’une d’entre elles était prête à se mettre à disposition.

Zallag
Zallag
il y a 1 année

Je parle principalement d’infos de ces dernières semaines, éventuellement celles des deux derniers mois tous media confondus, journaux, vidéos aussi , car c’est pas que du cinéma au sens premier où on peut l’entendre, la vidéo ?.Il y a matière à réfléchir, à se poser des questions.Si quelqu’un me dit “ta vidéo, je n’irai même pas la voir, je sais que c’est du fake”, eh bien je me dis que ce n’est pas scientifique, et j’appelle ça un préjugé.Un préjugé n’est pas scientifique. Des hypothèses, des constats, des essais observationnels, oui, c’est le début d’une démarche scientifique. Et quand les statisticiens, un gars qui a travaillé au NIH, supposons, ou que des épidémiologistes s’y mettent, là, on est dans le coup et, à mon sens, ça devient intéressant. Comme cette méta-analyseSon résumé, ci-dessous.L’analyse prend en compte 21 essais contrôlés randomisés portant sur 2741 patients. Elle conclut à une réduction du risque de mortalité de 75% en excluant une étude peu cohérente, et de 68% en la conservant dans l’analyse. Les effets secondaires importants sont jugés rares (comme ils sont aussi jugés rares pour les vaccins, mais non nuls pour les deux approches).Compte tenu des preuves d’efficacité, de sécurité, de faible coût et des taux de mortalité actuels, l’ivermectine peut potentiellement avoir un impact sur les résultats sanitaires et économiques de la pandémie dans de nombreux pays.L’ivermectine n’est pas un médicament nouveau et expérimental présentant des problèmes de sécurité. Les professionnels doivent l’envisager à la fois en traitement et en prophylaxie.

Zallag
Zallag
il y a 1 année

Je parlais d’une réponse impulsive à ce commentaire, je veux dire qu’il n’est, et n’a jamais été homme à répondre à un commentaire de cette manière, mais après réflexion, lecture attentive et contrôle des références.

Pierre Alexandre
Pierre Alexandre
il y a 1 année

Merci beaucoup François de nous montrer que le courage politique, c’est accepter de ne pas forcément être réélu quand on oeuvre pour le bien commun.
La France vit le même problème : vacciner rapidement tout le monde (comme l’ont fait Israel, la Grande Bretagne et les USA) est la clé pour être élu / réélu. Et puis quand on n’a pas les retours des « prêts » de vaccin faits au début, que fait-on ? On improvise. Par contre, décider de pérenniser des mesures impopulaires pour sauver ne serait-ce qu’une vie, cela devrait être salué comme il se doit. Et compris avec le cerveau et le cœur plutôt que les tripes qui veulent désespérément la vie d’avant…
C’est ce que je lis ici… et, une fois encore, merci.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 année

Merci de ta réaction qui me fait chaud au coeur!

numerix
numerix
il y a 1 année

Franchement les bras m’en tombent.

Il y a tellement à redire sur tout ce qui a été dit que je vais de contenter de l’essentiel.

Suis-je le seul à considérer l’ampleur de la régression de nos libertés fondamentales très largement disproportionnée par rapport à un virus pas si dangereux que cela finalement. La saturation des hôpitaux ? Le résultat d’une politique libérale et de restriction des budgets de la santé.

On le sait depuis le début, la létalité de ce virus concerne la part la plus âgée de la population très souvent atteinte d’autres facteurs de co-morbidité. Pour faire gagner un ou 2 ans en moyenne d’espérance de vie nous pénalisons très lourdement l’ensemble de la population. Il ne s’agit pas de sacrifier ces personnes mais de les protéger plus spécifiquement, si elles le veulent.

Le pire est à venir : port du masque à l’extérieur, passeport vaccinal etc…

Le monde verse dans la folie.

Je revendique la liberté de me soigner et d’entretenir ma santé comme je l’entends.

Pratiquer mon sport, respirer convenablement, voir mes amis, ne pas vivre comme un cloporte apeuré dans mon trou.

Je vois autour de moi bien plus de ravages causés par nos décisions stupides que de malades ou de décès du Covid.

Et encore une fois ne me parlez de la saturation des hôpitaux et de personnel débordé. Pour cela adressez à nos politiques qu’ils se justifient sur la dégradation de notre système de santé depuis des années. Il a suffit d’une épidémie un peu plus sérieuse pour que le système craque.

Réveillez vous !

Alex Conod
Alex Conod
il y a 1 année

Heureux de lire un commentaire qui me réconforte dans mon analyse..

Si on regarde les chiffres en Suisse :

– Age moyen des décès : 85 ans (qui est à peu de choses près l’espérance de vie…)

– Nombre de décès de personnes de moins de 60 ans : 700 (ça date un peu, c’était quand nous étions à 9’200 décès) sur environ une année. Pour mémoire, il meurt en moyenne et sans pandémie 200 personnes par jour en Suisse (70’000 par année).

La question que je ne cesse de me poser : pourquoi stopper toute l’économie, alors que les personnes de 60 ans et plus ne représentent qu’une petite partie de celle-ci (en tant que force vive, pas en tant que consommateurs).

On n’aurait pas évité la totalité des problèmes économiques, mais on les aurait sérieusement diminués, sans parler du quasi-sacrifice d’une année de vie (pour l’instant…) de toute une génération pas du tout concernée par le problème (30 ans et moins) !

Gorvirat
Gorvirat
il y a 1 année

Ce commentaire (ainsi que la réponse qui le suit) transpire l’égoïsme, le manque de solidarité et l’irresponsabilité.
C’est le crédo ” Me First “
J’ai l’impression d’être réveillé quant à moi, et j’affronte avec d’autres une situation encore jamais vécue. Ce sont les propos tels les vôtres qui assomment et veulent nous plongent dans l’obscurité.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 année

Non mais je n’y crois pas…

Incroyable…

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 année

Parfaitement en accord avec toi, Gorvirat.

Je suis réveillé aussi, et je suis en désaccord presque total avec numerix, sauf sur le point de la politique libérale qui a diminué la force de nos hôpitaux ces dernières années.

N’empêche, ce sont les mêmes forces libérales qui parlent comme numerix désormais: soyons cyniques, sacrifions les plus âgés.

Et puis: libertés fondamentales? On m’enlève mes libertés fondamentales à moi? On nous enlève nos libertés fondamentales, nous?

Aller au bistrot, au cinéma, au théâtre, c’est une liberté fondamentale dont on ne peut se passer quelque temps?

Le bien commun, la solidarité, ça existe ou c’est un concept qu’on a oublié pour pouvoir faire la fête et bouffer au restaurant ou aller au cinéma?

Je revendique la liberté de me soigner et d’entretenir ma santé comme je l’entends.

Pratiquer mon sport, respirer convenablement, voir mes amis, ne pas vivre comme un cloporte apeuré dans mon trou.” … dit numerix

Mais quel égocentrisme, quel égoïsme, quel manque de… je n’ai pas de mots.

Alex Conod
Alex Conod
il y a 1 année

Vous ne croyez pas à quoi, aux chiffres ?
Parce que oui, si je compare les mesures déployées et ces chiffres, je trouve ça aussi incroyable !

Et navré, mais je ne suis pas égoïste : je n’ai pas moins de 30 ans, j’ai des parents qui ont plus de 70 ans (et qui ont le même avis que moi…). Je ne suis pas restaurateur, et de mon côté, l’entreprise pour laquelle je travaille se porte bien. Les sorties et le sport se font dans la nature, et les restaurants/bars/musées ne me manquent pas. Au fond, la vie continue.

Mais quand je pense au gâchis économique que l’on crée et le nombre de personnes que l’on va laisser dans le fossé, je constate avec tristesse que le monde d’avocats (zéro risque…) dans lequel nous vivons maintenant n’est plus capable de même supporter l’idée de la mort… qui n’est toujours qu’une conséquence de la vie !

Daniel Pesch
Daniel Pesch
il y a 1 année

Numerix et Alex Conod sont en réalité les alliés du virus. Grâce à leurs idées (et sans doute les comportements qui vont avec) la pandémie continue et continuera. Car, très certainement, au nom de leur soi-disant sacro-sainte liberté, ne se feront-ils pas vacciner non plus. Les morts qu’ils comptent comme quantité négligeable vont continuer d’alimenter les morgues et les cimetières, accompagnés de tous les chagrins de leurs parents et amis, pour leur permettre de prendre un apéro en terrasse.

Malheureusement, il est inutile d’argumenter avec ces individus tellement égocentrés, car seuls comptent leurs nombrils.

C’est pourtant simple et élémentaire : un virus circule très majoritairement par contact. Si l’on arrive à rester éloigné des autres sauf cas de force majeure en respectant les gestes barrières, le virus cesse de circuler. Le port du masque, même à l’extérieur, est évidemment, une réelle protection.

Quant à la privation de liberté, un stage dans les vrais dictatures (qui ne manquent hélas! pas dans le monde) devraient leur remettre les idées en place.

Ceci est ma dernière contribution sur le sujet car je me rends bien compte que nous sommes face à un vide sidéral.

Alex Conod
Alex Conod
il y a 1 année

Amusant de constater qu’à chaque fois qu’un avis hors ligne “conventionnelle” est écrit sur le sujet, c’est direct le bashing :- Egoïste- Alliés du virus- Propagateurs car non respect des mesuresEt bien non, je suis les mesures avec application (même si je trouve la plupart ridicules – essayez une fois de garder les mains “propres” dans un supermarché après les avoir désinfectées), je respecte les consignes et je ne rabaisse pas les personnes qui ne sont pas du même avis que moi.Mais j’ose dire que la vie tue, que pour l’instant, ce virus a, en Suisse et principalement, tué des personnes qui, en moyenne, avaient soit atteint un âge vénérable, soit étaient atteintes d’une ou plusieurs pathologies graves.Alors bien sûr, on peut toujours trouver des exceptions, mais on peut en trouver aussi chaque année avec la grippe…Et dans certaines tranches d’âge, vous avez plus de chance de mourir en prenant votre voiture tous les jours qu’en contractant le virus.C’est qui le plus extrémiste ? Parce que m’accuser de “vide sidéral” après un échange qui pourrait rester poli, ça dénote une vraie ouverture ?

numerix
numerix
il y a 1 année

Bien entendu je m’attendais à ce genre de réaction.

Je n’ai jamais dis qu’il fallait sacrifier les personnes âgées.

Je dis qu’en essayant de protéger une minorité de la population on en sacrifie une proportion bien plus importante parmi les plus fragiles par des mesures que j’estime au final contre productives.

Il est très facile de traiter l’autre d’égoïste quand soit même on bénéficie d’un salaire garanti.

Vous n’êtes certainement pas restaurateur ou indépendant ou jeune en recherche de stage. Vous ne fréquentez pas les cabinets de psychiatrie ni les couloirs de l’ORP. Vous n’entendez pas la peine de ceux qui souffrent en silence. Non, même si la main sur le coeur vous regrettez cette situation. Vous profitez bien tranquillement de votre salaire pour acheter à longueur d’année les derniers gadgets à la mode. Mode de vie qui, soit dit en passant, n’est possible pour nous que parce que 80% de l’humanité doit se serrer la ceinture (nous sommes tous concernés, moi le premier). Donc ne me parlez pas d’égoïsme. Le ski est le sport le plus polluant de la planète. Alors quand on s’achète une virginité en proclamant que pour le bien de l’humanité vous n’irez pas skier cet hiver, cela me fait hurler de rire !

Nous n’avons pas la même conception de ce que doit être la santé. En ces temps de pandémie personne ne parle de renforcement du système immunitaire. Un comble non ? Il existe des méthodes simples et gratuites. On pourrait au moins en parler en complément du reste. Rien, nada, circulez il n’y a rien à voir ! Vous me parlez de courage et moi je vous parle d’incompétence.

La distanciation sociale, le port du masque ont surtout fait la preuve de leur inefficacité contre le Covid19. Le penser est une croyance.

La vérité est que nous sommes ignorant, nous ne savons pas comment ce virus se propage et nous agissons sous l’emprise de la peur. Ces mesures dérisoires ne font que calmer les peurs et les angoisses du peuple. Jusqu’ou iront nous dans le délire ? Porter le masque dans la rue ?

Le Covid19 révèle au grand jour les plus grosses aberrations de nos sociétés modernes profondément inégalitaires. Mais également une peur viscérale de la mort jusqu’au point de vider nos vies de sens.

Vous rêvez d’un retour à la normale ? Ça serait la pire des perspectives. Personnellement je souhaite que cet électrochoc nous fasse prendre conscience de ce qui est réellement essentiel à nos vies et que nous changions tout.

Croyez moi quand je vous dis cela, vos attaques ne me touchent pas. Et même je vous comprends. Mais de grâce épargnez moi vos leçons de morale et balayez devant votre porte.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 année

Avez-vous juste lu mon article quand vous m’accusez de ne pas entendre ceux qui souffrent?C’est à se demander.Pour la conclusion de votre commentaire, je suis d’accord que je souhaite un changement de société, mais il ne faut pas rêver.PS: je précise juste que ce n’est pas moi qui ai mis le troll, je n’ai pas mis de vote sur ce coup-là.

numerix
numerix
il y a 1 année

Oui j’ai bien lu. Mais on ne peut pas entendre ceux qui souffrent tout en approuvant les mesures qui les font souffrir. Prenons soin de ceux qui en ont besoin mais ne cassons pas les autres. Cultivons ce qui nous rend plus fort avant de devoir guérir. Le sport, la vie saine, la respiration, la joie de vivre fait partie ce ces choses qui nous rendent plus fort. La distanciation sociale, le masque, le confinement, nous affaiblissent et plus d’être inefficaces. J’ai bien conscience que c’est une autre façon de voir. Mais désolé je veux pas que l’on m’impose cette vision mortifère. Par mon métier je parle à beaucoup de gens. Et vois très clairement que ce que l’on nous impose aujourd’hui est de moins en moins accepté.
Justement si, il faut rêver sinon effectivement rien ne changera.
« Soyez réalistes, demandez l’impossible »
« Cela semble semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse »

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 année

Un professeur en psychiatrie dont je ne me souviens plus du nom expliquait l’autre jour dans une émission que certains pensent comme vous, mais qu’il était impossible éthiquement de mettre ce que vous dites en pratique.

Cela dit, nous ne sommes pas du tout d’accord sur le sujet, et j’insiste sur le fait que vous n’avez pas lu ce que j’ai écrit à propos de ceux qui souffrent ou que si vous l’avez lu, vous n’avez pas compris.

Je vais donc m’arrêter là sur ce sujet avec vous, on ne va pas essayer de nous convaincre parmi.

Daniel Pesch
Daniel Pesch
il y a 1 année

Le diablotin rouge, c’est moi et j’assume.

Albert de Saint-Felix
il y a 1 année

Hier, j’ai eu le privilège d’être vacciné avec la première dose, enfin dirais-je vu l’âge et la classification scientifique, classification qui ne tient pas compte de l’état réel d’une personne, bon laissons ça…Je respecte tous les gestes barrières, cela depuis le début de la pandémie, c’est à mon seul avis la meilleure des protections à appliquer individuellement.Autre chose, et ça n’engage que moi, il y a deux types de personnes, ceux qui l’auront un jour, et les autres qui en sont préservés. On sait depuis belle lurette que toutes les couches de la population peuvent choper le virus. Certains de ceux qui s’en sortent font souvent face à des suites lourdes à supporter, l’âge n’a rien à y voir, vu que des enfants se retrouvent en réa… c’est tout dire.C’est ma dernière contribution… je redeviens un lecteur sporadique

Zallag
Zallag
il y a 1 année

Quand je lis les derniers commentaires qui paraissent encore sur ce sujet qui nous préoccupe tous, je me pose une question sur l’évolution du vocabulaire.Par exemple, il n’y a pas si longtemps de cela, le mot alternatif signifiait par exemple un autre choix tout aussi valable que le premier. Il n’y avait pas automatiquement de connotation particulière à cette adjectif. Et pas non plus de rejet de l’opinion ou, par extension, de la personne qui prononçait ce mot. Or, maintenant on rejette cette personne, elle devient l’ennemi, par extension. Ou le danger.Considérons encore l’expression « a été détecté positif ». À une certaine époque, on désignait par exemple ainsi une personne qui avait absorbé des substances soit en excès (alcool au volant), soit interdites (dopage sportif ou drogues)Maintenant évidemment ça a un sens tout différent. Je pense que la majorité des gens qui s’informent par les médias le comprennent dans cet autre sens.Avançons encore un peu. Si quelqu’un s’intéresse à sortir de l’univers actuel des moyens de lutter contre cette maladie, je parle d’une personne qui s’en tient aux faits, aux publications scientifiques oui, mais pas uniquement à celles d’il y a déjà six mois, qui croit à la science, qui sait, juste un exemple parmi bien d’autres, ce que veut dire la valeur P dans un tableau de données statistiques, et qui dit «Hé les gars, allez voir par là il y a des choses intéressantes et j’aimerais savoir ce que vous en pensez mais avant de me répondre s’il vous plaît prenez votre temps, ne répondez pas par principe que c’est nul ». Et si je me demande pourquoi il me répond un quart d’heure après (dans le meilleur des cas ?) que c’est effectivement nul, je pense à ce que je vois ci-dessous, et je me dis que Salomon Asch avait vu juste avec ses réflexions et ce qu’il a mené comme expériences sur la naissance des opinions dans une société.Et, même si j’affirme que je ne suis pas dans une démarche binaire, donc soit ceci (en clair la vaccination), soit cela, (en clair, une médication repositionnée, et là, par conformisme, tout le monde pensera que je parle de chloroquine, eh ben non) mais que je suis pour les deux, j’échouerai ne serait-ce qu’à intéresser, encore plus à convaincre et enfin à être jugé comme étant raisonnable.605ae32973a159554f73181e.png

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 année

Pas de problème, je comprends très bien, je voulais juste dire que ce n’était pas moi comme il n’y avait qu’un commentaire.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 année

Mais vos chiffres sont du n’importe quoi!

Vous disiez dans un autre commentaire que l’on avait plus de chances de mourir en voiture que du Covid dans certaines tranches d’âge?

Lisez cette statistique. 187 morts en Suisse

Ça commence par ça, la désinformation que certains que l’on ne voit pas souvent ici viennent porter sur ce site (j’ai relu vos 8 commentaires depuis 4 ans, tous négatifs pour le moins, mais bon, c’est votre droit).

Et j’écoutais ce matin le responsable du traitement du COVDID Long en Suisse, basée aux HUG (Hôpitaux universitaires de Genève): 1 personne sur 3 est touchée par un COVID long qui dure des mois, des années peut-être, et qui vont mettre des gens à l’Assurance Invalidité.

Vous qui ne semblez voir que les problèmes économiques, ça ne vous parle pas, ça?

Parce que ça en fait, du monde qui va être touché.

Et puis surtout, vous arrivez avec vos chiffres tout pourris qui montrent qu’il n’y a que peu de morts en Suisse.

9532 à l’heure où j’écris ces lignes ce qui n’est pas rien, mais peu significatif pour vous parce que ce sont des personnes âgées.

Mais avez-vous seulement pensé à ce que seraient ces chiffres sans tout ce qui a été mis en place?

L’Angleterre, avant la maladie de son premier ministre (il s’est très bien rattrapé ensuite), le Brésil, l’Amérique de Trump, tous ces gens qui pensent comme vous, vous avez vu où ça les a menés? Même la Suède qui a été la plus libérale en Europe a fait son autocritique.

Alors vous avez beau jeu d’arriver avec des chiffres que vous estimez légers.

Vos parents de plus de 70 ans peuvent remercier la Suisse d’avoir pris des mesures et de continuer à les tenir, et c’est tant mieux pour eux.

Et c’est tant mieux pour vous.

numerix
numerix
il y a 1 année

“Je ne peux pas ne pas répondre que promouvoir l’hydroxychloroquine, comme certains clowns orange, était stupide”Tu es médecin pour affirmer cela ?

“Un traitement doit être efficace pour être recommandé, ce que l’hydroxychloroquine n’a jamais été, et c’était visible très tôt”
Sur quelle base peux tu affirmer cela ?

“Quant au professeur Raoult, je préfère me taire, mais il n’est pas très reluisant.”
Sais tu réellement de qui tu parles ? Tu connais son CV ? As tu les compétences pour juger cette personne dans son domaine ?

Alex Conod
Alex Conod
il y a 1 année

Ah, désinformation…

Comme vous le reprenez, j’ai bien dit “dans certaines tranches d’âge”.
Selon les graphiques que j’ai pu trouver (site 24 heures, source OFSP, mais qui date puisqu’un total de décès de 9’256), décès par tranche d’âge :

0-9 ans : 2
10 – 19 ans : 0
20 – 29 ans : 3
30 – 39 ans : 9
40 – 49 ans : 30
50 – 59 ans : 157
60 – 69 ans : 564
70 – 79 ans : 1’818
+ 80 ans : 6’673

Les statistiques routières ne fournissent pas (selon mes recherches sommaires) les tranches d’âges, mais je pense raisonnable de penser que pour les tranches jusqu’à 39 ans, il y a plus de morts sur la route que du COVID.

Et pour ces tranches, le taux d’hospitalisation est de l’ordre de 0.5%, avec forcément des personnes à risque surreprésentées parmi les hospitalisations, on ne peut donc pas dire que ces personnes ont engorgé les hôpitaux, et elles représentent 42% du total des infections.

Mon propos n’a jamais été de dire que rien n’aurait dû être fait. Par contre, subir le diktat d’une poignée d’experts (OFSP) qui semblent penser que même un seul mort du COVID est un mort évitable si on met le pays sous cloche, je trouve que c’est un peu fort de café.

Si on compte le nombre d’emplois (et donc pour une partie, de vies…) détruits par cette mise sous cloche, je serais curieux de voir où est le pire ravage.

Et du coup, laisser tourner une partie de l’économie, en isolant soigneusement les plus faibles et les plus âgés, aurait pu être une autre solution. Mais comme déjà dit, dans une société où la cible est le risque zéro, c’est impensable, et je le constate au vu de la réaction à mes commentaires.

Je considère qu’être en vie est un privilège, mais que c’est aussi une bataille de chaque instant. Certains préfèrent se terrer dans un trou en attendant que les obus passent, je le respecte, mais je ne réfléchis pas ainsi.

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 année

Manipuler les chiffres de la sorte?

C’est de la mauvaise foi. De la manipulation.

Franchement, je comprends là cet adage qui prétend qu’on fait dire aux chiffres ce que l’on veut.

Et jamais les experts de la Task Force et de l’OFSP n’ont prétendu ce que vous dites.

En effet par contre, ils n’ont pas votre cynisme vous qui prétendez en gros: laissons faire, ce ne sont que les personnes de plus de 50 ans qui sont touchées.

Et qu’est-ce qui se serait passé si on n’avait rien fait?

Encore une fois, vos parents peuvent dire merci à ces gens qui émettent des diktats, comme vous dites, ils ne seraient peut-être plus là, et moi non plus, même si je suis un peu plus jeune, sans leurs décisions courageuses.

Et peut-être qu’en ce cas, vous auriez une autre opinion. Peut-être même seriez-vous critique parce que ces gens n’auraient pas protégé vos proches.

Et je suis désolé, mais NON, le pays n’est pas sous cloche.

Les bistrots, les théâtres, les cinémas sont fermés. Nous ne pouvons pas nous réunir à plus de dix en privé.

C’est embêtant pour nous, catastrophique pour les professionnels touchés qu’il faut aider, et bien aider, comme je l’ai écrit dans l’article, mais ce n’est pas un pays sous cloche, la preuve, pour l’instant, l’économie ne se porte pas si mal, même si, je le répète encore une fois, les secteurs les plus touchés le sont de manière catastrophique et qu’il faut les aider au maximum.

Le dernier paragraphe de votre commentaire montre que vous êtes relativement jeune.

Pensez-vous que la personne qui a fait la première partie de sa vie, qui a le droit au repos, vers 65 ans, qui est en pleine forme, mais qui est touchée par la maladie, qui en subira les séquelles pendant des mois ou pire, décédera, ne s’est pas assez battue?

Facile, pour vous, de parler comme ça. Et quelle arrogance…

Alex Conod
Alex Conod
il y a 1 année

Amusant de constater que si l’on ne va pas dans votre sens, les attaques sont très vite personnelles.

J’appréciais certains de vos billets, en étant parfaitement conscient que nous ne serions jamais d’accord sur certains sujets, notamment politiques (et je ne suis pas un extrémiste).

Alors, yaka faire de la dette, indemniser tous ceux empêchés de travailler, et tout ira bien. Et puis bien sûr, les COVID longs, yauraka les indemniser en faisant de la dette.

Et puis si ça dure x années, ou qu’un prochain virus nous attend au tournant, yauraka remettre ça.

C’est qui les yaka ? Il y a toujours plusieurs façons de voir une situation donnée, et je pense avoir une certaine ouverture d’esprit, que vous (pour le moins) ne reconnaissez pas.

Et pour terminer, après je débarrasse le plancher : j’ai plus de 50 ans…

Francois Cuneo
Francois Cuneo
il y a 1 année

Elles ne sont pas personnelles, mes attaques, mais je m’adresse à vous, c’est aussi simple que ça.

Vous personnalisez la chose lorsque vous parlez de vos parents pas de problème pour moi, permettez-moi de vous répondre en relation avec ce que vous écrivez.

En plus, ce n’était vraiment pas une attaque de parler d’eux, je suis sincèrement heureux qu’ils aillent bien.

Pour la critique de vos chiffres, c’est bien évident que je ne vais pas être d’accord avec vous, ils me semblent tellement de mauvaise foi.

Je constate également que la dette vous fait plus peur que le reste, pas moi, je suis sûr qu’on s’en sortira très bien à ce niveau-là.

Maintenant, vous avez plus de 50 ans, très bien, si vous voulez prendre des risques pour vous tout seul, ça ne me dérange pas, mais permettez qu’un Etat pense au bien commun, en faisant la part des choses.

ysengrain
ysengrain
il y a 1 année

“Je revendique la liberté de me soigner et d’entretenir ma santé comme je l’entends.”Ben voyons !! sans oublier la liberté et d’entretenir la contamination des autres.Un virus pas si dangereux ? Je t’invite à visiter mon service de réanimation, quand tu veux, mais sans aucune protection, puisque, comme tu le dis, le virus n’est pas dangereux.Et puis, es tu médecin ? tu veux te soigner seul ? sans conseil approprié ?”Et encore une fois ne me parlez de la saturation des hôpitaux et de personnel débordé. Pour cela adressez à nos politiques qu’ils se justifient sur la dégradation de notre système de santé depuis des années. Il a suffit d’une épidémie un peu plus sérieuse pour que le système craque.”Cette altération a débuté en 1983 quand Mitterand a ordonné à Bergovoy, ministre de la santé de maitriser les dépenses. Ça n’est pas en vitupérant maintenant, en montrant ton appartenance de la tribu des Yaka-Yfo-Ondoit que tu contribueras à la résolution de cette problématique.La liberté individuelle ne peut se concevoir qu’au sein d’une société dotée de raison raisonnable et résonante, ce que je ne perçois pas dans tes propos.

42
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x