Monterey est un tout discret, mais alors qu’est-ce qu’il me plaît!

Je ne sais pas ce qu’ils ont tous ces jours, les développeurs, mais alors, les mises à jour, ça pleut!

Antidote dont j’ai parlé mardi, DxO, Lightroom 11 dont je vais vous reparler bientôt et qui se trouve être une avancée majeure de ce logiciel, les nouveaux systèmes…

On dirait que tout le monde veut me faire plaisir parce que j’ai décidé de ne plus parler de matériel pour les raisons que j’ai expliquées ici.

Oui oui, merci à tous, mais n’en jetez plus, pas tout à la fois, s’il vous plaît, par pitié!

Bon… Comme je n’ai pas le temps d’écrire un article sur Lightroom avant la fin de la semaine, j’aimerais simplement vous dire mon ressenti en rapport avec le nouveau système.

Monterey, est-il dangereux de mettre à jour?

Il fut un temps où j’installais les mises à jour bêta des systèmes.

Cette époque est révolue, je suis devenu sage avec l’âge, mais pas au point de ne pas installer les nouveaux systèmes le jour où ils sortent.

Je me dis qu’ils ont été testés par des dizaines de milliers de personnes, que le plus grave est passé.

Parfois, je regrette mon choix, et je me dis que j’aurais dû attendre quelques jours, histoire de voir le retour des premiers utilisateurs.

Alors, qu’en est-il avec Monterey, depuis 48 heures que je l’utilise assez intensivement?

Mesdames, Messieurs, j’ai le plaisir de vous dire que je n’ai connu aucune, vous entendez bien, AUCUNE incompatibilité avec toutes les applications que j’utilise au quotidien, plug-ins Mail compris.

Ce système me semble tout simplement hyper fiable.

Donc, à ce niveau, vous pouvez y aller sans la moindre appréhension.

Si vous aviez Big Sur, alors vous pouvez travailler avec Monterey.

Monterey, vaut-il la peine de mettre à jour?

Il est des systèmes, comme Big Sur, qui modifiaient les habitudes des utilisateurs, notamment à cause de ses nombreux changements graphiques.

Monterey, c’est tout autre chose.

Mis à part quelques nouveautés dont je sais que je ne vais pas me servir et qui ne sont même pas encore toutes disponibles, si je vous passe en douce votre Big Sur vers Monterey pendant la nuit, je ne suis même pas sûr que vous allez vous en rendre compte tout de suite, tellement les deux systèmes semblent proches.

Par contre, je suis presque persuadé qu’au bout de quelques minutes, vous diriez: “mais qu’est-ce qu’il a, mon Mac, à être réactif comme ça?”.

Monterey m’épate, parce que tout est fluide avec lui.

Mail?

Il démarre incroyablement plus vite qu’avant, malgré mes nombreux plug-ins.

Safari?

Mais c’est une bombe, ce truc, notamment au niveau du défilement vertical. Des fois, je me demande si je n’ai pas déjà un écran ProMotion tellement la fluidité est au rendez-vous.

Dans ce système, tout me semble nerveux, rapide, la frappe clavier est assez étonnante d’ailleurs.

Nous en avons parlé avec des amis qui ont comme moi un MacBook Pro 16 pouces Intel avec le nouveau clavier, il nous semblait souvent que nous oubliions des lettres, ou qu’elles s’inversent, au point que je me posais des questions sur ma dyslexie renaissante ou sur les capacités de mon cerveau vieillissant.

Nous pensions, et je pense à juste titre que le coupable devait être le Mac, parce que sinon, cela signifiait que nous étions tous touchés par les mêmes effets de l’âge.

Et comme certains étaient bien plus jeunes que moi…

Depuis que j’ai installé Monterey, la frappe fuse, je vous le dis, je retrouve toutes mes facultés en matière de frappe, facultés qu’en fait, je n’avais jamais perdues (ouf!).

Oui, Monterey me semble un système pour le moins bien né.

Et, cerise sur le gâteau, depuis que je l’ai installé, je n’ai plus entendu mon 16 pouces souffler.

Il est vrai que je ne l’ai pas encore utilisé avec mon LG 5K au bureau, et c’est là que je l’entends le plus.

Mais bon, là, je l’ai utilisé avec Lightroom tout le matin, je n’ai rien entendu, alors qu’il y a quelques jours, je peux vous dire qu’il m’aurait bien énervé.

Remarquez que Lightroom est lui aussi passé à une nouvelle version (je vous le disais en début d’article), il améliore aussi peut-être les choses.

Autre domaine où je ne pensais pas qu’un système puisse être aussi important: dans Vivaldi, depuis quelque temps, peut-être depuis une dernière mise à jour de Big Sur, j’avais des saccades dans le défilement vertical.

Ce problème a disparu pile-poil au moment où j’ai installé le nouveau programme.

J’en suis certain puisque j’écrivais un article juste avant l’installation et juste après: je peux vous dire que j’ai vu la différence!

Alors bon, Safari est encore largement meilleur sur ce côté fluidité du défilement, mais Vivaldi redevient tout à fait utilisable.

En conclusion

Je me disais que ça n’allait pas être la joie habituelle d’installer ce nouveau Monterey au vu du peu de nouveautés annoncées.

Je me trompais: des fois, les choses simples, à savoir utiliser un Mac avec une superbe réactivité, eh bien c’est largement suffisant.

Et comme nouveauté, je ne vais vous parler que de l’une d’elles: dans Safari, quand vous recevez par “Messages” un code pour une authentification double, le navigateur vous propose de le remplir pour vous.

N’est-ce pas délicieux comme attention?

Moi, j’adore en tout cas.

(Ah! Et l’on me signale dans mon oreillette que cette jolie fonction était déjà disponible avec… Mojave.)

En plus, je trouve ce nouveau Safari très réussi. Et c’est le seul à bien travailler avec Antidote.

Et sur ce coup, merci infiniment, Apple, d’avoir peaufiné votre système aux petits oignons, c’est un vrai plaisir!