Prêtez la plus grande attention aux plug-ins de Mail!

Cela fait depuis longtemps que je cherche des alternatives à l’application Mail d’Apple.

J’ai essayé beaucoup de choses, Mail, bien sûr, mais aussi Spark qui se bloque dans la synchronisation de mes trente ans de courriels, donc non, Airmail, tout pareil, Outlook qui n’est pas compatible avec Antidote, donc non aussi, MailMate, que j’avais testé ici et apprécié, mais qui s’avère être trop austère pour moi, et bien d’autres, au fil de toutes ces années.

Ma dernière tentative de passer sur quelque chose d’autre est Postbox, qui est tout simplement magnifique, intègre tout ce dont j’ai besoin, à savoir Antidote, les mots-clés, le passage d’un mail vers Todoist de manière simple et qui s’avère très sympa à utiliser.

Mais voilà… Postbox ne gère pas le protocole Exchange, ou alors seulement si l’administrateur de ladite plateforme active l’IMAP, ce que les responsables de l’État de Vaud refusent de faire pour des raisons de sécurité, ce que je peux tout à fait comprendre.

Et comme Postbox ne veut pas me dire s’ils vont supporter le protocole natif prochainement (ils ne font jamais de promesses avant qu’une fonction soit sortie me disent-ils) et que tous mes courriels professionnels passent par un serveur Exchange, adieu Postbox, au moins jusqu’à la retraite.

J’en reste donc à Mail.

Le problème, c’est que depuis quelque temps, lorsque j’envoyais des courriels et qu’un problème survenait, par exemple une perte de connexion Internet, il arrivait plus souvent qu’à son tour que lesdits courriels se perdent je n’ai jamais vraiment compris où.

Ils n’étaient ni dans la boîte d’envoi ni dans les brouillons.

Disparus, les nuls.

J’ai mis cela au début sur le compte de Big Sur, parce qu’il faut bien admettre que c’est à partir du changement de système que ces problèmes choses sont survenus.

Et puis, il arrivait souvent que Mail prenne beaucoup de temps pour s’ouvrir, alors que chez Mme K ou chez ma fille, Mail, s’ouvre en un clin d’œil.

Alors OK, Mail a chez moi des dizaines de milliers de messages à gérer, soit mon courriel depuis le 28 janvier 1998 (purée, il est où celui d’avant?), sachant que je n’efface rien mis à part les pubs et les spams, mais tout de même, pourquoi cette différence?

Les plug-ins tellement pratiques, mais souvent problématiques

Il faut vous dire que je me doutais bien que mes problèmes venaient de ces petites choses indispensables que je rajoute à Mail pour qu’il présente des fonctions dignes de la concurrence: les plug-ins, ou les extensions, si vous préférez.

D’abord, vous dire qu’Apple ne facilite pas la vie des développeurs de ces ajouts: à chaque nouvelle version de Mail, donc du système, même si rien ne change du côté du gestionnaire de courriels, sa signature se modifie ce qui fait que les éditeurs de plug-ins doivent les mettre à jour.

Et puis, à chaque grosse nouvelle version du système, les encoubles pour rendre les choses plus difficiles, font que ces mêmes éditeurs ont de plus en plus de problèmes pour faire fonctionner leurs créations.

Il n’y a qu’à voir combien de ces extensions ont été abandonnées ces dernières années.

Apple ne facilite pas non plus la vie des utilisateurs: à chaque nouvelle version des extensions elles-mêmes, ces dernières sont désactivées dans le gestionnaire d’extensions.

C’est tellement compliqué pour les débutants, mais aussi pour les autres…

Il faut aller dans les préférences de Mail, onglet Général, et cliquer sur « Gérer les modules ».

Et là, vous tombez sur la fenêtre des plug-ins que vous activez ou pas.

Vous devez redémarrer Mail

Vous voyez que j’ai plusieurs plug-ins installés:

  • Antidote (testé ici) et ProLexis (testé ici) pour la correction orthographique;
  • DEVONthink que je n’utilise pas pour l’instant qui a pour fonction d’intégrer des courriels à sa base;
  • HoudahSpot pour permettre la recherche de ce logiciel dans les courriels;
  • SmallCubed MailSuite pour MailTags (eh oui, je l’ai réinstallé depuis quelque temps, et tout se passe bien avec lui) pour intégrer des mots-clés à mes messages;
  • SpamSieve, pour gérer au mieux mes spams

Vous remarquerez un grand absent, MailButler, que j’ai pourtant mis en avant par exemple dans cet article et que j’ai utilisé des années.

Il se trouve que c’est lui qui était responsable de la disparition de certains de mes courriels.

Notamment son module qui vous permet d’envoyer le courriel, de vous rendre compte que vous avez fait une erreur et de le rattraper pendant quelques secondes.

Je ne sais pas trop ce que fait MailButler pendant ce temps, mais vous voyez parfois qu’il « prépare un courriel à l’envoi ». J’imagine qu’il le met quelque part, soit sur son serveur, soit dans un cache, et que si les choses se passent mal, le courriel se perd.

Il faut dire aussi que deux plug-ins chez moi entrent dans le même domaine de rattraper vos éventuelles erreurs.

MailButler donc, mais aussi Antidote, qui lui rattrape votre mail à l’envoi, vous présente une fenêtre de correction orthographique de votre texte pour que vous puissiez corriger vos fautes.

En plus, il vérifie que vous avez bien joint le document dont vous parliez dans votre texte.

Ces deux-là, en général, s’entendent plutôt bien et ont résolu au fil des versions leurs conflits (les éditeurs se connaissent).

J’ai désactivé MailButler dans les préférences il y a 3 semaines, et tout est rentré dans l’ordre depuis, au point qu’au final, j’ai totalement désinstallé MailButler.

Depuis 3 semaines, je n’ai plus perdu un seul courriel, quand quelque chose se passe, je le retrouve dans mes brouillons, et Mail se lance en 5 secondes.

Et vous savez quoi? MailButler ne me manque pas du tout.

Je l’utilisais en particulier pour envoyer des mails sur Todoist, mais je peux le faire presque aussi simplement en envoyant en copie un courriel à l’adresse de mon projet dans ce logiciel, et depuis quelque temps, il n’assure plus le passage de mes courriels vers Evernote, ce que je peux fait tout aussi simplement depuis Mail en envoyant le courriel à ma boîte de réception sur mon compte.

De plus, dans ces dernières versions, MailButler est devenu pour le moins envahissant dans la fenêtre de courriels.

J’en profite d’ailleurs pour réhabiliter, au moins quelque temps MailTags, composant de SmallCubed Mail Suite.

Je l’ai beaucoup critiqué ici, parce qu’il rendait Mail extrêmement lent dans tout ce qu’il faisait, c’était encore le cas l’année passée.

Et puis, MailTags a été réécrit, et depuis, fait le boulot qu’on attend de lui, à savoir taguer des courriels avec des mots-clés et des projets, et ce sans perturber en aucune mesure le bon fonctionnement de Mail.

Reste à savoir s’il sera à jour lorsque MacOS 12 sortira en octobre, son éditeur n’ayant jamais été très proactif dans ce domaine, même si une bêta fonctionnelle existait lors de la sortie de Big Sur.

La morale de tout ça

Mail est un bon programme pour gérer ses courriels sur Mac.

Tout nu, il est très rapide, mais ses fonctions n’évoluent pas au fil du temps, parfois même, il régresse, notamment quand, il y a des années, il n’a plus été possible de transformer un courriel en tâche, ce qui est pourtant la moindre des choses que l’on peut demander à un gestionnaire de courriels.

Sa recherche est basique si l’on ne passe pas par des boîtes intelligentes, et il est tout de même incroyable, en 2021, qu’il ne gère pas les mots-clés, comme le Finder sait pourtant le faire avec des fichiers. Pour pallier ces manques, il faut passer par des plug-ins: HoudahSpot et MailTags.

On ne peut pas corriger son orthographe en permettant aux logiciels spécialisés de pomper le texte dans sa fenêtre d’édition, pour pallier ce manque, il faut passer par un plug-in, soit Antidote, soit ProLexis, soit… les deux.

La gestion des spams de Mail est relativement basique, je ne saurais me passer de SpamSieve, encore un module.

Tous ces modules sont intrinsèquement de bons produits, MailButler aussi d’ailleurs, mais ils sont sources de conflits avec Mail, ou sources de conflits entre eux.

En cas de dysfonctionnement de Mail, il est important que vous passiez en revue un à un vos plug-ins, en les désactivant peut-être tous pour commencer, puis en les réactivant l’un après l’autre, en faisant des tests entre chaque étape.

D’abord, vous serez étonnés de la célérité de Mail quand il est tout nu, et, quand vous aurez trouvé le responsable des dysfonctionnements de ce programme, il ne vous restera plus qu’à vous demander si le plug-in en question vous est vraiment indispensable.

Je prends pour exemple Antidote qui, parfois, ralentit de près de 30 secondes l’envoi d’un courriel, on ne sait pas pourquoi.

Je me dis que je ne peux pas m’en passer, et donc j’accepte de voir, de temps en temps, la roue de couleurs tourner bien trop longtemps avant que mon courriel soit envoyé.

La morale de la morale

J’aimerais bien qu’Apple se bouge le derrière et rende Mail à la hauteur de ce que proposent ses concurrents, en tout cas sur certains points.

Bon sang, le courriel, c’est important, la moindre des choses serait de proposer un logiciel génial, à la hauteur de nos machines.

Un logiciel qui ne mettrait pas les bâtons dans les roues aux correcteurs orthographiques.

Un logiciel dans lequel on pourrait faire des recherches puissantes (soyons fous).

Un logiciel qui mettrait à disposition de Spotlight son contenu, pour que ce dernier puisse faire y des recherches afin d’afficher les courriels également dans ses résultats, ou qu’HoudahSpot puisse les faire sans passer par un plug-in.

Un logiciel qui, pour la même raison qu’il empêche les accès externes, même à Spotlight, n’amputerait pas un programme comme BusyContacts d’une de ses fonctions les plus intéressantes, à savoir voir la liste des courriels dans ce logiciel associé à un contact, ce qui est impossible depuis l’arrivée de Catalina, puis de Big Sur.

Bref, que Mail arrête un peu de pourrir la vie de ses utilisateurs et de ses développeurs.