Passer d’Intel à M1 peut ne pas être si simple

Je vous ai parlé la semaine passée de mon MacBook Pro M1 16 pouces adoré chéri que j’aime tant plus que tout à la folie.

Cela étant, le passage de mon ancien 16 pouces Intel vers le nouveau, équipé d’une puce M1 Max développée par Apple n’a peut-être pas aussi simple que l’on pourrait l’imaginer.

Je suis parti d’une sauvegarde TimeMachine pour installer ma nouvelle machine, trop vieux pour les Clean Install qui ne servent désormais, je l’ai lu de-ci de-là, qu’à rassurer l’utilisateur.

Mon passage vers la nouvelle machine s’est déroulé en une heure et trente minutes, sans que je n’aie rien à faire, comme il se doit.

Les petits soucis sont venus ensuite.

Il faut savoir que lorsque vous migrez d’une configuration à l’autre, certains logiciels sont en version Intel sur votre Mac M1, alors qu’une version dite « Universelle » (qui travaille sur Intel ET sur M1 en natif) ou purement native existe sur le site de l’éditeur.

Normalement, si l’application est Universelle, c’est celle qui devait déjà se trouver sur votre MacIntel, donc, elle devrait se retrouver sur votre Mac M1 après transfert. En ce cas, pas de problème, et merci beaucoup à MacUpdater, que j’ai testé ici, d’avoir fait en sorte que la très grande majorité des applications de ma machine soit mise à jour régulièrement.

Cela étant, il y a les autres, notamment celles qui sont purement Intel sur l’ancienne machine et qui fonctionnent sur la nouvelle, mais en utilisant Rosetta 2, sans que vous vous en rendiez compte.

Le premier logiciel encore purement Intel que vous lancerez sur votre nouveau M1 vous proposera d’installer le génial Rosetta 2, cet émulateur qui permet aux logiciels compilés pour l’ancien moteur de tourner sur les nouveaux, avec un minimum de perte de performances et de gaspillage de ressources au niveau du matériel.

Pour tout vous dire, n’étant pas encore très au fait de ce qui se passait en matière de nouveaux logiciels et un tantinet persuadé que l’immense majorité des logiciels Mac étaient passés au processeur M1 en natif, j’ai commencé par refuser d’installer Rosetta, sachant que j’allais devoir le faire pour Evernote et Roon, mais quelque part, je pensais attendre pour voir quels programmes allaient faire apparaître cette requête d’installation de l’émulateur lorsque je les lançais, et faire ensuite une recherche sur le site de l’éditeur pour voir si une version native existait.

En fait, il y a beaucoup plus simple!


Eh les ami·e‚s! Juste une parenthèse, au passage: pendant que j’écris ces lignes, l’ancien 16 pouces a été reformaté complètement et je suis en train d’installer Monterey dessus pour Madame K.

Mais si vous l’entendiez souffler!

Je ne sais pas comment il n’a pas honte de faire autant de bruit par rapport à celui sur lequel je suis en train de travailler, et que je jure n’avoir, quelles que soient les circonstances, jamais entendu, même en tendant l’oreille.

Mais comment j’ai pu tenir avec cet ancien 16 pouces!


Je reprends…

Je parlais de simplicité de trouver les applications qui n’étaient pas optimisées pour votre nouveau M1, avant d’être dérangé par machin.

Ma méthode (de ne pas installer Rosetta 2 tout de suite), je dois bien l’admettre, était totalement stupide puisqu’il suffit d’aller dans les utilitaires, et de lancer Informations système, puis de choisir Applications pour savoir ce qu’il en est.

Bon, ce qui serait chouette, c’est qu’en plus de nous donner le type de l’application, le logiciel nous indique si une version “Puce Apple” est disponible.

Cela étant, deux programmes ont posé chez moi un problème après l’installation de leur version M1: iStat Menus et SpamSieve.

Le premier est hyper utile pour tout savoir sur l’état de votre Mac en temps réel, récupérant les données de tous les capteurs de la machine, et Dieu sait s’il y en a.

iStat Menus, pour version M1 donc, bloquait lors de l’installation de quelques modules qu’il me demandait d’accepter.

Tout pareil avec SpamSieve (un superbe plug-in pour Mail et une application indépendante de détection de Spams) qui était en mode “gelé” après quelques lancements.

J’ai tout essayé, je suis même entré en communication avec les développeurs de ces applications qui m’ont répondu dans les minutes qui suivaient, je les félicite au passage pour leur réactivité, et qui ne comprenaient pas ce qui se passait.

Pendant ce temps, j’ai continué à installer d’autres nouvelles versions de logiciels en mode natif, et puis, j’ai fini par installer Rosetta 2.

Et là miracle, j’ai vu iStat Menus et SpamSieve se lancer sans le moindre problème, alors qu’elles étaient pourtant garanties être des versions natives “Puce Apple” ou Universelle.

J’imagine que quelques modules dont ils ont besoin sont encore compilés pour les processeurs Intel.

Alors voilà…

Autre problème, pas si simple à corriger: si Lightroom et Photoshop étaient bien en version universelle sur mon M1 (elles l’étaient donc déjà sur l’ancienne machine), ce n’était pas le cas de l’application qui les coordonne, à savoir CreativeCloud.

J’ai dû retélécharger la chose, faire tout un micmac dont je ne me souviens plus vraiment, retrouvant une version Intel et une version Universelle en même temps sur mon nouveau Mac, ne sachant pas laquelle était mise en œuvre.

J’ai supprimé l’Intel pour être sûr que ce serait bien l’Universelle qui serait mise en œuvre à l’avenir, c’est tout bon maintenant.

Tout ça pour dire qu’il ne faut pas être plus royaliste que le roi en cette fin 2021.

Inutile de faire le puriste, Rosetta est encore indispensable pour faire tourner de nombreux logiciels, même lorsque vous faites tourner certaines applications dites natives M1.

Dans le même temps, ce serait dommage d’utiliser Rosetta pour des applications qui existent nativement pour le M1.

Et c’est là qu’Apple ou les développeurs, je ne sais pas, auraient pu prévoir quelque chose, à savoir au lancement, un message qui indiquerait “Cher utilisateur qui me permet de faire tourner la baraque, je vous informe que vous lancez la version Intel de mon logiciel, alors que je me suis donné beaucoup de peine pour en faire une version native pour le processeur M1 qui anime votre nouvelle machine adorée chérie que vous aimez tant plus que tout à la folie.”

Ou un truc plus sobre s’ils y tiennent.

Mais un truc, quoi!

Allez, bonne semaine à tout le monde!

Photo de couverture ©Apple