Elle est sympa, ma Zoé, mais quel plaisir de voir le printemps arriver!

Je vous ai déjà parlé de mon expérience de quelques mois en Renault Zoé ici et , véhicule, rappelons-le, mû par un moteur électrique de 135 chevaux.

Que les choses soient bien claires, jamais je ne reviendrai en arrière, je ne pourrai en aucun cas repasser à un véhicule à moteur thermique.

Tout est parfait sur une électrique: le couple, la douceur, la puissance, le freinage… sans freiner, le silence, l’autonomie de la Zoé, largement suffisante (données d’usine 397 km, j’ai constaté 350 km sans prendre trop souvent l’autoroute), le bonheur certes un peu malsain et pas tellement solidaire de voir les prix de l’essence augmenter, alors que ma voiture roule en grande partie au courant solaire.

Oui, tout cela est vrai.

Il y a juste un petit problème concernant deux points de la liste ci-dessus.

L’autonomie et le silence.

Certes, en été, tout va bien.

Eh hiver, quand les températures sont négatives, ce qui a été longtemps le cas cette année, ce n’est plus tout à fait pareil.

Commençons par l’autonomie.

En ce qui me concerne, je pense que ma voiture n’avait plus qu’une autonomie de 200-250 km cet hiver.

Oui, je pense que cette diminution d’autonomie est située entre 30 et 50%, selon les jours.

Il faut tout de même le savoir!

Bon, c’est largement suffisant pour couvrir les besoins au quotidien, mais il faut penser à recharger souvent.

Heureusement, j’ai pu installer une borne Zappi à la maison que j’ai limitée à 11 kWh, ce qui m’a permis de ne pas recharger tous les jours, ce que je pense que j’aurais dû faire avec ma simple prise du début.

image Zappi

Mais tout de même, on est un poil plus tendu en hiver, et ceci quelle que soit la voiture électrique que vous achetez.

Et poursuivons par le silence

La Renault Zoé est climatisée par une pompe à chaleur, ce qui est une très bonne chose pour diminuer sa consommation électrique.

Elle est très efficace, la voiture chauffe bien, là n’est pas le problème.

Qui dit “pompe à chaleur” dit automatiquement “bruit”.

Alors voilà…

Souvent, je vais chercher ma fille à la danse, et la plupart du temps, le cours finit avec du retard, et je suis à l’avance.

C’est comme ça, on ne se refait pas.

L’avantage d’une voiture électrique, c’est de pouvoir continuer à chauffer son habitacle en silence, sans dépenser de CO2, contrairement à ce que font ces abrutis dans leur grosse bagnole thermique, laissant tourner le moteur pendant des plombes en s’en foutant pas bien mal de polluer la planète, soit pour continuer à avoir bien chaud, soit parce que “voyez-vous mon bon Monsieur, arrêter mon moteur ne sert à rien pendant que je suis à la boulangerie”.

Oui, avec l’électrique, pas de problème.

Sauf que la pompe à chaleur fait tellement de bruit lorsque je la mets en marche à l’arrêt qu’on dirait que je laisse tourner un moteur avec un ralenti réglé beaucoup trop haut.

Tcheu la honte!

Certes, quelques-uns savent qu’une Zoé est une voiture électrique, que même si je laisse tourner le chauffage, je ne pollue pas, mais beaucoup l’ignorent et c’est alors moi qui passe pour le gros con à laisser tourner mon moteur!

Du coup, je ne profite pas de cette fonction tellement pratique!

Raison pour laquelle je vous le dis, je suis vraiment content de voir le printemps arriver, et voir l’autonomie retrouver son niveau normal, même s’il fait encore froid la nuit.

Cela étant, je répète ce que j’écrivais au début du présent article: jamais je ne voudrais revenir à une voiture thermique ou même hybride.

La voiture électrique est absolument géniale, mais elle a encore une belle marge de progrès au niveau de l’autonomie, c’est certain.

Il n’empêche, il est déjà parfaitement possible de faire le pas, ne serait-ce que pour le bien de la planète.

Image de couverture site Renault Suisse