Lectron JH 32: l’ampli à tubes dans toute sa splendeur

Depuis près de trois ans, je suis l’heureux utilisateur des systèmes Jean-Maurer dont j’ai beaucoup dit de bien sur Cuk.ch, je donne les liens importants à ce propos plus bas.

Jean-Maurer, c’est une petite entreprise familiale vaudoise sise à Aubonne qui fabrique, depuis 1969, des enceintes qui font référence dans le monde de l’acoustique et qui étaient pour moi un rêve depuis que j’ai 20 ans, rêve que j’ai concrétisé il y a donc presque trois ans maintenant.

Depuis leur rachat de la marque Lectron, Jean Maurer fabrique également des amplificateurs.

J’ai présenté l’entreprise en détail ici, avec un interview de Jean Maurer et des explications techniques qui expliquent les particularités des enceintes signées à son nom.

Vous pouvez aussi lire cet article, qui reprend lui-même les liens vers 4 humeurs tournant autour de la Hi-fi.

J’ai écrit un autre article consacré aux enceintes 370E que vous pouvez lire ici.

Ces colonnes qui me ravissent au quotidien à la maison et les 320E qui me ravissent également au bureau ont changé ma vie musicale.

Mise en situation

Je vais me concentrer sur ce qui se passe chez moi, autour des enceintes 370E.

J’étais donc, jusqu’en mars, équipé ainsi:

Cette solution était déjà un vrai bonheur. Elle ne correspondait pas tout à fait à ce que conseillait Jean Maurer, notamment en matière d’ampli. Prima Luna (qui n’est pas fabriqué par Jean Maurer, je le répète) était plutôt dédié aux enceintes 320E que j’avais au départ, et pour le 370E, Jean conseillait le Lectron JH 31, fabriqué, lui, dans l’atelier de l’entreprise.

Deux événements sont alors survenus:

  • J’ai déménagé et j’ai pu, dans une maison individuelle, écouter ma musique au volume qui me plaisait dans un grand salon. Et là, même si le son était toujours excellent, le couple Prima Luna associé aux 370E me semblait un poil baveux dans les basses.
  • Passant plusieurs jeudis en fin d’après-midi chez Jean Maurer, dans son auditorium, j’ai pu constater qu’avec une configuration associant les 370E au Lectron JH 31, ce n’était absolument pas le cas.

Je me suis donc renseigné pour savoir si je pouvais acquérir un de ces amplis, ce qui n’est jamais évident chez Jean Maurer, tellement le stock est en flux plus que tendu.

Là, c’était encore pire en matière d’attente: l’entreprise avait décidé de confier le développement d’un tout nouvel ampli à Marc Maurer, le fils de Jean, ingénieur travaillant dans l’entreprise depuis un peu plus d’un an à l’époque, coupant sans le même temps la production du JH 31 alors qu’il n’y en avait plus en stock.

Le nouveau en gestation allait devenir le Lectron JH 32.

2017-09-27_20-46-01.png

Il fallait, au départ, prévoir un délai d’une année pour espérer voir le petit nouveau dans mon salon.

J’en ai commandé un, à un prix fixé à l’avance de 6’200 francs: si l’ampli allait coûter plus cher au final, je n’aurais rien payé de plus, s’il coûtait moins cher, Jean Maurer nous aurait remboursé la différence.

Et puis, cela me laissait le temps d’économiser pour pouvoir me le payer.

Finalement, il a fallu presque deux ans pour que l’ampli puisse arriver dans ma maison, au fil du retard dû aux nouvelles solutions mises en pratique, Marc et Jean voulant toujours faire mieux, pour notre plus grand bonheur.

J’ai bénéficié du deuxième ampli construit après les exemplaires prototypes, en mars 2017.

 

2017-09-27_20-44-08.png
Vu de dessous, fond retiré

Mais c’est quoi, en termes de spécifications techniques, le Lectron JH 32?

Reprenons ce que nous donne le site de Jean Maurer:

  • amplificateur intégré à 2 étages
    puissance 2x30W
    1er étage à transistors J-FET bipolaires
    étage de puissance à 8 tubes EL84 en double push-pull
    5 entrées lignes stéréo
    + 1 entrée-sortie tape
    sortie HP 4 et 8?
    impédance d’entrée 30 à 37 k?
    sensibilité d’entrée 140mVeff
  • télécommandable:
    – marche-arrêt (standby)
    – volume
    – sélection des entrées
    – sélection entrée-sortie tape
    + commande d’enclenchement et déclenchement d’appareils non télécommandables par prise secteur au dos de l’appareil
    (télécommande non fournie, mais code RC-5 adaptable en usine selon vos télécommandes déjà existantes)
  • alimentation: 230V / 50-60Hz (modifiable en 100V et 120V)
    dimensions (HxLxP): 192x380x330mm
    poids: 15 kg

Puisque l’on parle de télécommande, par défaut, le JH 32 est compatible avec celle du Cambridge 851C puisqu’ils font partie du même système chez Jean-Maurer. Mais il suffit de demander une autre programmation si vous désirez que votre télécommande d’un autre appareil soit prise en compte.

Dans votre salon: Dieu qu’il est beau!

La façade du châssis est en tôle d’aluminium brossé de 3 mm d’épais avec un brossage spécial court (ce qui, semble-t-il, a bien fait suer le tôlier partenaire suisse), boutons noirs spécialement usinés pour l’amplificateur, carénage recouvrant les 3 transformateurs en acier inoxydable.

Et puis ces tubes apparents EL84M en provenance de Russie qui sont les plus performants au monde… Qu’est-ce que c’est beau!

2017-09-27_19-04-43.png

À ce sujet, faisons une petite parenthèse un peu technique (vous savez que ce c’est pas mon fort, la technique, alors, je vais rester sur ce que je comprends).

L’historique de Lectron

2017-09-27_18-33-54.png

Vous pouvez lire l’histoire du JH 32 ici, sur le site de Jean-Maurer.

Et vous en apprendrez plus encore les pages de la plaquette de la société Jean Maurer, pages dédiées à Lectron, cette marque française au départ rachetée par la société d’Aubonne, dans le canton de Vaud.

Mais je reprends juste ici un passage lié à la mécanique et à l’esthétique du nouveau JH 32:

Pour des raisons historiques, les pièces mécaniques du JH31 étaient produites de manière disparate dans différents pays. Le résultat nous convenait sans plus. Pour ce nouvel appareil, la conception mécanique est revue afin de peaufiner les pièces en collaboration avec notre nouveau fabricant, Gravuretec, dont l’usine se situe au bord du lac de Bienne.

La qualité de finition n’a plus rien à voir avec le JH30 ou le JH31. Le standard appliqué est celui de l’horlogerie. Pour des raisons techniques liées à la dimension des nouveaux composants, la hauteur du châssis a été augmentée d’un centimètre. Nous avons redessiné les boutons frontaux et ils sont usinés spécialement pour nous. L’appareil gagne en élégance.

Si vous lisez l’historique de ce tout nouveau Lectron, vous verrez qu’à la base, le changement de modèle a été décidé en partie pour des raisons de compatibilité de l’ampli avec les nouveaux tubes qui, pour des raisons écologiques, étaient beaucoup plus fragiles pour les mises sous tension des amplis de l’époque.

2017-09-27_18-41-31.png

Une chose qu’il faut savoir, c’est que Lectron n’a pas abandonné les modèles précédents, mais a proposé une mise à jour d’un circuit à ses propriétaires et ceci bien des années après la sortie ou la vente de ces amplis.

Un service pareil, c’est la classe.

Vous verrez aussi, toujours en relisant l’historique de Lectron, que la plupart des composants sont plus gros plus puissants, modifiés, déplacés pour un meilleur rendement sonore et fabriqués expressément pour ce modèle.

Un très gros travail a été fait sur les condensateurs. Je vous laisse lire toujours l’historique pour voir comment Lectron a travaillé le sujet, c’est une lecture fort intéressante.

Le souci du détail, partout

2017-09-27_20-47-00.png

Tout est beau dans un Lectron, un peu comme dans un Mac ou un produit Apple d’ailleurs.

C’est beau dehors, c’est beau dedans.

C’est beau également dans la conception.

Lorsque vous allumez votre JH 32, bien des choses se passent, en 42 secondes. Et c’est pareil à l’extinction.

2017-09-27_20-53-31.png

Comme vous le constatez, il y a préchauffage des lampes, plein de trucs qui se passent avec les condensateurs, et, entre autres choses, une motorisation du bouton volume qui passe mécaniquement à zéro à chaque extinction par l’interrupteur avant ou lors de l’allumage au cas où l’extinction se serait faite par l’interrupteur arrière, voir plus bas (option désactivable par l’utilisateur si désiré).

La diode située sur l’interrupteur-poussoir est rouge en mode veille, orange pendant les 42 secondes, et passe au vert lorsque l’ampli est prêt à l’écoute.

Tout pareil, mais dans le sens inverse lorsqu’on éteint l’ampli.

Un interrupteur à bascule est situé à l’arrière de l’ampli pour ceux qui veulent totalement l’éteindre. Mais cet interrupteur est à utiliser après l’extinction par le poussoir avant, lui seul lançant le processus d’extinction «aux petits oignons».

Notez que la luminosité des diodes bleues peut être réglée à l’aide d’un potentiomètre situé dans un petit trou sous l’ampli, à l’avant, que l’on peut atteindre avec un tout petit tournevis.

2017-09-27_19-09-34.png

Première mise en écoute dans mon salon

Lors de l’arrivée du JH 32 dans mon salon, ça a été un choc.

Quelle présence, quelle précision, quelle musicalité!

Cela dit, au bout d’une bonne vingtaine d’heures d’écoute, soit le lendemain si vous préférez, je pouvais lui faire tout de même un petit reproche: cette précision me semblait presque un tout petit peu dure, sur quelques morceaux, en particulier dans les aiguës.

Il faut dire que je l’avais branché à mon TEAC UD-503, un peu trop brillant parfois.

Alors, sur les conseils de Jean Maurer et au passage, de Vincent Mury, patron de l’Âge du soft qui vend du Mac, mais aussi les plus belles chaînes Hi-fi loin à la ronde, j’ai débranché le TEAC et connecté à l’USB le Cambridge 851C.

Il faut dire que je me suis presque fait engueuler par Vincent (Mury donc) qui m’a exprimé assez vigoureusement au vu de sa passion pour la musique (mais avec le sourire) qu’il ne comprenait pas que j’aie un Cambridge 851C, un appareil incroyablement musical selon lui, et que je lui préfère le TEAC, toujours selon lui largement inférieur, voire carrément dans une autre gamme.

C’est qu’avec le Prima Luna, eh bien oui, je préférais le TEAC, c’est comme ça, je l’ai écrit ici.

Seconde écoute avec le Cambridge 851C

Absolument incroyable, ce qu’un DAC peut être différent d’un autre.

Là où le TEAC était dans l’aiguë un peu trop dur, comme je l’ai écrit plus haut, le Cambridge est tout dans la rondeur sans perdre de précision pour autant.

Tout dans la musicalité, s’accordant tellement bien avec le Lectron!

Purée, au moment où je vous écris, j’écoute le dernier Rachel Podger, Grandissima Gravita, un fichier Hi-RES 24 bits 192 kHz (la meilleure qualité possible en fait si l’on oublie le DSD que je n’ai jamais utilisé et que je ne connais donc pas), c’est à tomber par terre de présence, de pureté, celle de Rachel justement qui n’en fait jamais trop.

2017-09-27_19-29-37.png

Que c’est beau une telle violoniste, dans votre salon.

Parce qu’elle est chez moi, vous savez, là, en ce moment. J’ai presque des complexes d’écrire un article, parce que ce n’est pas poli envers elle et sa formation, faut que je lui serve quelque chose.

Cet ampli n’est pas seulement extraordinaire pour la musique baroque, le concerto de Tchaikovsky, joué par cet incroyable violoniste toujours (désolé) Nemanja Radulovi?.

2017-09-27_20-31-15.png

Incroyable interprétation de ce non moins incroyable concerto, un des meilleurs représentants de la musique romantique.

L’importance de la respiration, les silences (les gens de Jean Maurer insistent beaucoup là-dessus), tout est parfaitement rendu par le trio Cambridge 851C, Lectron JH 32, enceintes Jean Maurer 370E.

Je vais d’ailleurs reparler bientôt de ces deux disques et de ces deux interprétations dans des styles tellement différents, mais tous aussi magiques l’un que l’autre.

En jazz, ce même trio est une pure merveille, également, la batterie et la basse étant parfaitement précises, propres, les pianos et guitare d’une d’une musicalité parfaite totalement exempts d’agressivité.

Par exemple, dans un de mes disques de référence:

2017-09-27_20-39-50.png

Cette voix, ce grain, c’est tout simplement incroyable qu’un système «technique» puisse rendre quelque chose d’aussi humain.

Ils faisaient de beaux enregistrements, il y a 50 ans, nom d’une pipe!

Et puis, je vais vous faire une confidence.

J’ai un des mes fils qui est fan de Rammstein, un groupe metal industriel allemand pour le moins puissant, que j’apprécie d’ailleurs aussi, mais ça, ne le répétez à personne, s’il vous plaît.

2017-09-28_13-43-12.png

Mon fils est grand maintenant et vient chez nous régulièrement.

La première chose qu’il fait?

Il vient devant la chaîne, il écoute ses disques préférés pour voir ce que ça donne chez nous par rapport à son écoute habituelle.

Et il ne décolle pratiquement plus du salon.

Lui qui s’en fout toujours un peu de ce qu’apprécie «papa», il est dingue de cette chaîne.

Eh bien, Rammstein (et tous les autres groupes du même style qu’il écoute en ce moment), je peux vous dire que c’est pour le moins puissant, prenant sur cette chaîne.

Ah, la montée finale d’un demi-ton sur le dernier refrain de Mutter de Rammstein, c’est quelque chose, avec bien du volume!

Il faut dire que ces gens ont des ingénieurs du son qui ne sont pas trop mauvais, en général.

Et quand je dis «bien du volume», c’est potentiomètre sur 4 sur 10! C’est tout juste si les murs ne branlent pas, et la distorsion, eh bien vous l’oubliez.

En conclusion

Cet amplificateur Lectron JH 32 est convaincant, vous l’avez compris, sur tous les styles de musique.

Je le vois un peu comme un magnifique instrument de musique lui aussi, vivant, capable d’envoyer aux enceintes la substantifique moelle de tout ce que vous lui donnez à manger avec musicalité et précision.

Je suis persuadé qu’il peut travailler avec brio de concert avec bien d’autres marques, mais il faut admettre qu’avec le Cambridge 851C dont je vous ai parlé dans l’article, il forme un très beau couple.

J’ajouterai que j’ai pu constater que tant Marc, Jean ou encore Christine Maurer sont à l’écoute de leurs clients, et que, lorsqu’il a été question de corriger un ou deux petits détails (normal, pour le 2e exemplaire sorti), j’ai pu toujours compter sur eux.

Je ne les embêtais pas, bien au contraire, je leur rendais service me disaient-ils.

Bien évidemment, ce Lectron JH 32 mérite haut la main le label Too much bô!

Tampon de?finitif TooMuchBo? Rond rouge.png

MAJ du 2 octobre:

Chères lectrices, chers lecteurs, une seule et même personne est venue commenter à de nombreuses reprises cet article sous le nom de Charles Magnenat.

Je vous demande de ne tenir aucun compte des ses remarques: je ne peux pas les effacer sans quoi tout le fil de discussion s’effondre, mais il s’agit de quelqu’un qui a été banni sous différents pseudos sur Cuk.ch d’abord, et sous Le Blog du Cuk ensuite.

Je ne l’ai démasquée que trop tard, malheureusement.

Je vais cependant marquer ses commentaires comme indésirables.