Gutenberg, ou les coulisses d’un déménagement

Le passage de WordPress en version 5, il y a quelques mois, a impliqué un changement assez fondamental dans la manière du blogueur d’écrire un article.

En effet, avec Gutenberg, on n’écrit plus un article au kilomètre, en l’enrichissant certes, mais tapant son texte à la file, non, on l’écrit en blocs.

Chaque paragraphe est un bloc, chaque image est un bloc, chaque vidéo en est un aussi.

Dans Gutenberg, tout est bloc, et il y en a de toutes sortes, voyez plutôt:

Cliquez sur l’image pour la voir en un peu plus grand.

J’ai déjà parlé de cet éditeur de texte ici, et je n’en disais pas que du bien après quelques jours de tests.

Vous savez également que j’ai changé d’hébergeur il y a quelques jours, quittant Infomaniak pour Themeclouds, ce dont je me félicite à chaque instant puisque depuis, mon site est plus rapide et Jetpack ne me signale plus plusieurs fois par semaine, pendant la nuit, qu’il n’arrive plus à s’y connecter.

Reste malgré tout le fameux problème de rédaction d’article que j’ai expliqué ici qui pose toujours un problème et qui est dû à Jetpack, et non pas à WordPress lui-même. La chose est confirmée par Themeclouds qui a cherché une solution qu’il n’a pas trouvée, réponse que j’aurais acceptée d’Infomaniak d’ailleurs s’ils avaient au moins pris la peine de regarder ce qui ne fonctionnait pas chez moi.

Il faut savoir que JetPack est un plug-in pour WordPress développé par l’éditeur de WordPress lui-même.

Il s’agit d’un plug-in qui fait des tas de choses importantes pour moi, comme afficher les statistiques depuis les débuts du blog, afficher aussi les abonnés, permettre leur inscription, pomper fusionner les abonnés directs dans WordPress et ceux qui ont fait la démarche via la page Facebook du blog du cuk (je ne parle pas de mes amis qui ne sont pas comptés, d’ailleurs, cela ne changerait pas grand-chose, ce n’est pas difficile, je crois que j’ai sur ma page personnelle 10 amis en tout, je déteste Facebook et ne donne suite à aucune demande de lien vers un ami).

JetPack a aussi une interface qui prend le dessus sur WordPress lui-même et qui semblait au départ plus sympathique pour écrire un article.

Bref, il me faudrait quantité de plug-ins pour arriver à pallier les manques qui résulteraient d’un abandon de JetPack, ce qui fait que, donc, même si tout le monde me l’a déconseillé, je l’ai réinstallé sur mon nouveau site et que j’ai donc toujours le même problème d’article que je ne peux pas créer à travers son interface.

Pour contourner le problème, je n’utilise plus sa couche graphique, notamment pour écrire mes articles, puisque je suis passé sur le fameux Gutenberg en natif sur WordPress, donc sans surcouche, avec une certaine angoisse.

La première, c’était Antidote, le génial correcteur orthographique qui, lors de mes tests, n’était pas compatible Gutenberg. Ce qui est partiellement faux: Antidote n’est pas compatible avec le Gutenberg de l’interface JetPack, certes, mais il l’est parfaitement avec le Gutenberg natif de WorPress.

C’était d’ailleurs un sujet de discussion important avec les développeurs d’Antidote: eux me disaient avoir résolu le problème de la compatibilité Gutembert, moi je leur disais que ça ne fonctionnait pas.

Eux testaient en natif, moi sur JetPack.

Alors oui, en natif, Antidote fonctionne parfaitement bien, la preuve:

Antidote est compatible, vous voyez même les blocs différents dans son interface.

Donc, le problème principal chez moi était écarté, c’était déjà une bonne chose.

Antidote étant pleinement compatible avec WordPress, il ne restait qu’une inconnue: allais-je être capable de m’adapter à cette philosophie de blocs?

Certains n’ont pas pu, certains détestent, comme fcharlet qui l’exprime dans un commentaire sur un précédent article ou sur son site Web. Je respecte totalement cet avis, je n’étais pas très chaud non plus jusqu’à il y a très peu de temps, comme je l’exprimais ici.

Mais après quelques jours d’utilisation et quelques articles écrits avec Gutenberg, je me rends compte qu’en fait, cet éditeur me correspond pleinement.

L’esthétique est agréable, la fluidité est au rendez-vous, la possibilité de réordonner les blocs par simple clic sur des flèches peut être tout à fait intéressante.

Certes, le réglage proposé par défaut est perturbant, et voir sans cesse la barre d’outils recouvrir le texte que l’on est en train d’écrire ou ce qui se trouve juste au-dessus est agaçant.

J’ai flouté le texte pour que vous vous y retrouviez, puisque c’est une capture d’écran d’un passage que je viens d’écrire.

Mais ce problème se règle par une simple activation de l’affichage de la barre d’outils en tête de texte, ce qui et la norme dans un traitement de texte.

J’ai ainsi le beurre et l’argent du beurre.

Mieux, vous pouvez même choisir de mettre en lumière le paragraphe sur lequel vous écrivez, tout le reste de votre texte passant en grisé.

Ceci associé à la barre latérale qui peut être masquée sonne une interface très moderne à votre outil d’écriture.

Bref, je suis tout à fait conquis par ce nouvel éditeur de texte, compatible, je le répète encore une fois parce que c’est important, avec Antidote.

En conclusion

Le passage de mon site d’Infomaniak vers Themeclouds a non seulement été bénéfique pour plein de petites choses, notamment en matière de support, mais il m’a surtout donné un grand coup de pied là où vous pensez pour que j’arrête de travailler avec l’interface JetPack pour passer vers Gutenberg.

Pour moi, c’est véritablement un plaisir et je découvre des petites nouveautés, des nouveaux types de blocs à chaque nouvel article.

J’adore ça, moi, les nouveaux jouets!