Après deux tentatives, ce sera encore Lightroom, pour au moins un an

Vous avez peut-être suivi ma tentative d’essayer (je suis très prudent n’est-ce pas?) de passer mes images de Lightroom vers ON1.

J’ai eu tout plein de problèmes sur lesquels je ne reviens pas, j’ai expliqué tout cela ici, et j’ai expliqué le pourquoi de ma tentative .

Mais au final, un problème n’est jamais insurmontable, je suis même persuadé qu’une nouvelle tentative de migration pourrait se dérouler sans problème, ne serait-ce que parce que cette fois, je ferais une migration en partant de plusieurs extraits de catalogue bien plus petits que celui que j’utilise pour l’ensemble de mes photos.

J’ai d’ailleurs pu tester ON1 presque en vrai, sur quelques milliers de photos, à partir de ma tentative de conversion ratée qui m’a tout de même permis, hors cadrages qui eux, je le rappelle, ont été perdus, de retrouver pratiquement tous mes autres réglages avec certes quelques différences, mais le résultat est pour le moins satisfaisant.

Alors oui, ON1 est un excellent programme, j’y viendrai certainement un jour.

Mais cela implique pour l’instant trop de contingences et de compromis pour que je fasse le pas cette année.

Je vais expliquer en quoi plus bas.

Non, Luminar ne remplacera pas Lightroom

L’autre soi-disant alternative aurait pu être Luminar 4: nous avons vu qu’il fallait oublier pour un bon moment ce logiciel pour cataloguer les images, puisque visiblement, même son éditeur abandonne l’idée de titiller Lightroom dans ce domaine.

Je continuerai à acheter Luminar, mais je l’utiliserai comme plug-in de Lightroom, j’en était d’ailleurs déjà provisoirement arrivé à cette conclusion pour la version 3, comme je l’expliquais ici, tout en espérant à l’époque du mieux pour la version 4, ayant peut être la naïveté de croire aux promesses des éditeurs.

J’en suis d’autant plus déçu lorsque ces mêmes éditeurs ne les tiennent pas.

Donc exit Luminar, restait ON1 dont je parlais plus haut.

ON1 non plus, pour l’instant du moins

J’ai eu beaucoup de plaisir à tester ON1, mais pour ne travailler qu’avec lui, il faudrait que je fasse des frais conséquents, à savoir l’achat d’un SSD de 4 TB qui, en général n’est pas donné.

Pourquoi donc?

Tout simplement parce que j’ai mes photos, qui approchent dangereusement du poids des 2 Tb. Acheter un SSD de cette taille serait une perte d’argent puisqu’il faudrait que je le change dans quelques semaines ou mois.

Oui mais pourquoi un SSD? Il existe des petits disques dur externes de 4 TB à plateaux pour pas cher du tout!

Je sais, je viens même de même de m’en acheter un, que j’ai justement pu tester quelques jours avec ON1, et aussi bien évidemment avec Lightroom.

Mon observation? ON1 se débrouille très bien, mais niveau performances, il est tout de même plus lent que Lightroom dans le chargement d’une image.

Et surtout, il arrive plus souvent qu’à son tour que pendant le temps de chargement, ON1 nous inflige une zone de dialogue qui cache le centre de l’image, c’est très inconfortable, je ne comprends pas qu’un logiciel dédié à l’image cache une partie de cette dernière lorsqu’il sauve une photo pour passer à la suivante, par exemple.

2019-11-28_12-27-45 (2)
Je voulais juste passer à la photo suivante, moi, pas besoin de m’infliger cela, il n’a qu’à faire en tâche de fond, ON1!

 

Alors qu’avec Lightroom, je n’ai pas ce problème. Certes, il faut aussi un très court temps de chargement, mais rien ne gêne à l’écran, idem quand on passe à la photo suivante.

Alors pourquoi Lightroom, encore et toujours?

Déjà parce que tout baigne avec Lightroom, et vous savez, la tranquillité, c’est quelque chose…

Quand je parle de tranquillité, ce n’est pas seulement dans la gestion de mes images, localement.

Là, quel que quel soit le programme, c’est à peu près pareil, avec des fonctions plus ou moins évoluées dans un logiciel, d’autres dans un autre, des performances plus ou moins bonnes.

Il se trouve que le “vieux” Lightroom Classic se débrouille encore vaillamment dans tous ces domaines.

Quand je parle de tranquillité, je pense surtout à la mobilité.

Parce qu’il faut être clair: la synchronisation entre mes machines aussi diverses que mes iPad, téléphone et Mac est tout simplement parfaite.

Elle est plus rapide par exemple que Photo chez Apple qui nous impose parfois de très longs moments avant qu’une image de notre Mac passe sur les autres petits appareils.

Surtout, surtout, je peux me promener avec mon Mac sans sortir mon disque dur, puisque dans ce cas, je peux travailler sur Lightroom Desktop, (la mouture de Lightroom qui s’appelle simplement… Lightroom), et de manière la plus confortable possible, pratiquement sans attente lorsque je passe d’une image à l’autre, ou alors à peine 1 à 2 secondes, histoire que la netteté parfaite se fasse.

C’est encore plus rapide et confortable que Lightroom Classic (sans SSD), avec les images locales.

Je peux également voir et éditer mes photos sur iPad, voire même sur iPhone, avec juste le problème de la taille de l’écran pour ce dernier qui bien sûr rend l’édition un peu aléatoire quant aux résultats.

Mieux, je peux depuis n’importe quelle machine atteindre et éditer mes images dans un navigateur via Lightroom Web, ce qui n’est d’ailleurs pas trop une bonne idée en ce qui concerne l’édition puisque vous ne connaissez pas la colorimétrie de l’écran que vous regardez peut-être pour la première fois.

À travers le cloud, je bénéficie de l’intelligence artificielle en matière de recherche  propre à Lightroom, à savoir Sensei, qui est bon dans son domaine.

Je veux proposer un album à mes amis? Je le fais en deux clics depuis le logiciel.

Il me prend de modifier quelques images de l’album, le résultat est vu instantanément par mes visiteurs.

La fiabilité et le service

Adobe a un service médiocre, voire carrément mauvais, je l’ai écrit ici.

C’est d’ailleurs une des raisons qui m’a fait essayer de passer sur ON1. J’allais vers une entreprise plus petite, dans laquelle j’allais peut-être retrouver une certaine humanité, une certaine proximité.

Quelle erreur!

Imaginez-vous que j’ai annoncé à ON1 les déboires que j’ai décrits récemment dans deux articles, liant un troisième qui présentait pourquoi j’allais peut-être faire le pas de passer provisoirement du moins mon catalogue sur leur logiciel, bien évidemment dûment payé, histoire de tester la chose.

À ce jour, je n’ai reçu aucune réponse.

Bonjour le service et la proximité!

Par contre, des offres gratuites pour remercier l’utilisateur fidèle que je suis, ça défile!

Et au final, ce sera donc Lightroom

On dit toujours que l’herbe est plus verte dans le champ d’à côté.

Expérience faite, ce n’est pas le cas.

Et puis, ce qui est génial avec le programme d’Adobe, c’est que tous les programmes un peu intéressants (ou pas, mais ceux-là, personne ne vous force à les acheter) font des plug-ins compatibles avec lui.

Donc pour l’instant, je reste encore pour un an ou deux sur Lightroom.

J’ai pu constater qu’avec un peu d’huile de coude, il sera possible, quand il sera temps, de passer sur un autre programme, par exemple ON1, sans trop de difficulté.

Cela dit, je vais tout de même regarder attentivement ce que ce dernier va nous proposer en matière de synchronisation sans forcément passer par le cloud.

Parce qu’en plus du prix déjà assez élevé de l’abonnement “tout cloud” dont j’ai parlé ici qui, dès que j’aurai passé la limite des 2Tb, deviendra vraiment onéreux, il y a une chose qui me dérange dans le fait de stocker mes images dans le cloud, c’est le côté incroyablement énergivore du système.

Et ça, avec la remise en question écologique que je suis en train de faire depuis quelque mois, ça commence à me peser, mais surtout à peser sur la planète.

Si je ne vois pas comment revenir en arrière avec la musique, je me dis qu’au moins les photos…

Bref, attendons, réfléchissons, à vous les éditeurs, de trouver des solutions.