Savoir renoncer, ralentir, tant qu’il est encore temps, purée, que c’est bon!

Je vous avais parlé fin décembre dans mes vœux de bonne année des difficultés que je risquais de rencontrer dans la tenue régulière de ce blog, suite à une grosse activité que j’allais entreprendre, à savoir, jouer dans un orchestre composé d’amateurs et de quelques professionnels à Genève, l’OSPF, l’Orchestre Saint-Pierre de La Fusterie. En attendant la première répétition du 10 janvier, je me suis mis une pression terrible pour arriver à maîtriser la partition de 2e violon de la 4e Symphonie de Bruckner. Quand je dis une pression terrible, il ne faut pas exagérer non plus, mais j’ai travaillé 7…