Johnny à la fois symphonique et intime

J’ai vu venir ce dernier disque posthume de Johnny avec une certaine angoisse. Il faut dire que, nonobstant tout le tintamarre de sa succession sur laquelle je ne me prononce pas, j’apprécie le bonhomme avec qui j’ai eu un peu l’impression de vivre depuis que je suis petit. Alors là, un album de 12 de ces chansons (plus une intro à part) les plus connues, accompagnées par le London Symphonic Orchestra, n’était-ce pas simplement une machine à faire encore un peu plus de pognon sur la mort du chanteur? Voyant vendredi l’album sur Qobuz, je me suis dit que j’allais…

Jean Maurer reçoit l’Onde d’Or pour l’ensemble de son œuvre

Un petit article en ce vendredi pour vous dire le plaisir que nous avons eu lors de la soirée de remise de l’Onde d’Or par la Confrérie des Ondes à Jean Maurer pour l’ensemble de son œuvre au Château d’Aubonne. Cette cérémonie était très officielle puisque le canton de Vaud était représenté par le la vice-présidente du Grand Conseil, le district de Morges par sa Préfète, la Commune d’Aubonne par son Syndic. La Confrérie des Ondes, selon ses statuts: a pour but de rapprocher les personnes s’intéressant à l’électronique et de solidariser tous les Compagnons, qui se doivent entraide et…

Retour sur le Rock’n Poche 2019: de la bonne musique et une éclate (comprenne qui peut après lecture)

Le Rock’n Poche n’a pas failli à la règle. Ambiance festive, disponibilité et sourire de tous les bénévoles, organisation parfaite, sécurité assurée à l’entrée du site, beauté incroyable de cette Vallée Verte qui porte si bien son nom… Tout y était, y compris le principal, souvent, mais pas toujours en tout cas à mon goût, à savoir la musique. En matière de réussite, je note des groupes de la Grande Scène (la scène régionale que j’ai un peu écoutée, mais pas trop, je dois bien l’admettre, m’a semblé en dessous de ce que l’on peut découvrir les autres années) avec…

Le Requiem de Mozart mis en scène au Festival d’Aix-en-Provence

Il y a des jours où il faut savoir se taire et laisser la place à la musique. Je vais donc le faire, pour vous laisser regarder et écouter la vidéo présentée dans cet article, juste après vous avoir rapidement introduit ce spectacle (on ne se refait pas, je suis désolé). J’ai reçu début il y a deux semaines un lien d’Ysengrain vers ce Requiem de Mozart revisité par le metteur en scène Romeo Castellucci,  le chef d’orchestre Raphaël Pichon et l’ensemble Pygmalion. C’est Arte Concert qui nous propose cette vidéo de 109 minutes qui ne sera malheureusement disponible que jusqu’au 5 avril…

Le son fabuleux de la nouvelle scène de Paléo sublime M

Eh oui, c’est les vacances, les articles ne sortent pas à minuit, mais quand ils sont terminés, au fil de l’actualité, c’est comme ça. Il faisait chaud hier soir à Paléo, Dieu que les brumisateurs (trop peu nombreux) faisaient du bien. Cela faisait deux ans que nous n’étions pas retournés à Nyon puisque nous avons fait l’impasse sur le festival pour les raisons que j’explique là. Mais c’était un plaisir de le retrouver cette année, puisque nous avions pris des billets pour mercredi et vendredi soir, mercredi surtout pour voir M et Mathieu Chedid, ou Mathieu Chedid et M, ou…

Mamma Mia et Thriller à Londres

Comme je l’ai évoqué la semaine passée, nous sommes restés avec ma fille 5 jours à Londres dans cette ville passionnante, vivante, ouverte sur toutes les cultures qui vivent, semble-t-il, en symbiose assez fantastique, en tout cas vu de l’extérieur. Nous en avons profité notamment pour voir deux comédies musicales, puisque Londres est LA ville, avec New York, de ce genre musical que l’on aime ou on n’aime pas en film, mais qui est tellement jouissif en direct live sur scène. La première, c’était lundi: Mamma Mia. L’équipe que nous avons vue ce lundi 15 juillet 2019 Mamma Mia a…

Rock’n Poche 2019, ça va déménager!

Comme chaque année, depuis 28 ans, le Rock’n Poche occupe l’alpage un peu au-dessus d’Habère Poche, dans la très belle Vallée Verte. Comme d’habitude, tous ceux qui aiment le rock français un tantinet engagé et l’électro en fin de soirées se retrouveront devant la scène principale, la scène régionale, ou entre les deux sur la rue de l’Alpage, bardée sur ses côtés de stands de nourriture de toutes sortes, mais essentiellement locale. Cette année, l’affiche est la suivante: Je crois que je n’ai jamais vu Trust que j’ai pourtant un peu écouté il y a… ouaf… je ne préfère pas…

Le Festival Lavaux Classic et la CGN, un bien joli moment

Il est des fois où l’on regrette de n’avoir pas pris son bel appareil photo et où l’on est content en même temps que l’iPhone X ne se débrouille pas trop mal pour le remplacer, même si dès qu’il fait sombre…. Nous étions mercredi soir au Festival Lavaux Classic, dans un cadre un peu particulier: une croisière le long du Lavaux, classé au patrimoine de l’UNESCO (merci Frantz Weber!), cette splendide région sur la rive nord du lac Léman, à l’est de Lausanne où l’on cultive le très bon vin sur des terrasses abruptes, le raisin profitant ainsi d’un ensoleillement…

Le Festiboc est annulé après une belle première soirée

Quelle tristesse de lire ce matin cette annonce du Fesitboc: FestiBoc 2019 Soirée du samedi 15 juin ANNULÉE Suite aux lourds dégâts subis par nos infrastructures dans la nuit de vendredi à samedi à cause de la météo, nous sommes contraints d’annuler complètement le FestiBoc pour ce samedi 15 juin. La sécurité des spectateurs et du staff n’est malheureusement plus assurée, nous devons jeter l’éponge… Nous vous remercions de votre compréhension. Quand on voit ce que tous ces bénévoles ont fait pour que tout se passe pour le mieux, les séances d’organisation, les dizaines d’heures de montage sous la pluie, ça fait tout de même…

My Songs, Sting revisité par lui-même, ça fait du bien!

J’adore Sting, de l’époque de Police, bien sûr, mais aussi de sa période solo, c’est-à-dire dès 1986. Je ne dois pas être le seul, j’imagine, je me souviens d’ailleurs d’un très chouette article de notre regrettée Anne Cuneo à l’époque sur Cuk.ch qui racontait l’enregistrement du disque de Sting chantant du John Dowland (né en 1563, mort en 1626) chez Deutsche Grammophon, comme quoi, Sting est capable d’oser des choses pour le moins étonnantes, avec succès d’ailleurs. J’ai eu l’occasion rare de le voir à Paleo en 2015, concert mémorable d’ailleurs, sous la pluie qui n’avait réussi ni à faire fuir…