Mission Impossible – Fallout, ouaouh!

Déjà, j’étais fan de la série quand j’étais jeune. Et puis des films, plus foldingues les uns que les autres! Certes, ce n’est pas du grand cinéma (quoique, dans le style, il y en a qui resteront mythiques), mais il faut bien admettre que j’adore ça. Humour, cascades, technique de Geeks, scènes haletantes… Tout y est dans chaque épisode. Mais dans le dernier qui passe ces jours au cinéma, ils ont tout de même fait très fort. À la recherche de trois charges d’Uranium perdues dans une première mission parce que le chef de l’IMF (Impossible Mission Force) a préféré…

HollyStar et l’Apple TV, au mieux de l’incompétence, pour leur laisser le bénéfice du doute…

Je suis abonné chez Hollystar.ch. Ce site suisse de Vidéo à la demande, racheté par le groupe Sky, propriété de Robert Murdoch, traîne derrière lui une assez mauvaise image de marque, notamment dans ses relations avec ses chers clients. Je pensais que les choses allaient mieux, je n’en suis pas si sûr. Le 14 octobre 2016, Qoqa a proposé un abonnement assez sympa et pas cher chez Hollystar permettant de voir presque l’intégralité du catalogue pendant 4 mois, catalogue bien fourni en nouveautés, il faut l’admettre. Mais Hollystar ne fonctionne normalement pas avec un forfait vous permettant de regarder ce…

Whiplash: la pédagogie de la terreur a-t-elle un sens?

J’ai regardé et écouté le film Whiplash pour la troisième fois, ce dimanche après-midi. Un film sombre, noir, sur le jazz et sur une école de musique, le tout se passant à notre époque. Sorti en décembre 2014 et que j’avais vu pour la première fois au cinéma à ce moment-là. Le synopsis du film donné par Allo Ciné: Andrew, 19 ans, rêve de devenir l’un des meilleurs batteurs de jazz de sa génération. Mais la concurrence est rude au conservatoire de Manhattan où il s’entraîne avec acharnement. Il a pour objectif d’intégrer le fleuron des orchestres dirigé par Terence Fletcher, professeur féroce…

Au risque de passer pour un ringard, et si on laissait une chance à Franck Dubosc?

Oh! Un article un dimanche, alors qu’il a dit qu’il voulait se reposer. Eh oui, mais écrire quand on en a envie, ça permet d’écrire même un dimanche, et même très brièvement, avec un titre qui sera presque plus long que l’article lui-même, et une parution à n’importe quelle heure (fini le 00:01!). Juste un petit coup de cœur ce matin pour vous dire que moi qui n’aimais pas particulièrement Franck Dubosc et ses divers films «?Campeurs?», je suis allé voir hier soir Tout le monde debout. On l’y retrouve avec la magnifique Alexandra Lamy, et les parfaits Gérard Darmond…

Mais virez-moi cette 3D des salles de cinéma!

Je vous ai parlé hier de Black Panther. Il se trouve que l’on peut voir ce film en trois versions: normale (2D) 3D 4DX Alors déjà, pour me faire aller dans un cinéma 4DX dans lequel les sièges vibrent, bougent, dans lesquels on ramasse des trucs dans la figure, on se fait gicler, on vous envoie des odeurs et j’en passe, il faudra me payer très cher. Trop vieux pour ces conneries. Depuis très longtemps, je préfère regarder un film dans des conditions normales, c’est-à-dire au cinéma, en 2D. Oh, certes, j’ai été bluffé par l’apparition de la 3D dans presque…

Black Panther, le film qui casse les codes, la Ch’tite famille et… non, je ne vais pas le mettre en titre…

Ce week-end, nous avons vu deux films et demi. Enfin, disons que j’en ai vu deux et demi et Madame K deux seulement. En effet, j’ai tenu à essayer d’aller voir les Tuches 3 et j’ai donc été lâchement abandonné par ma compagne qui a refusé avec une certaine rigidité de m’accompagner. Je n’avais vu ni le 1, ni le 2, et j’avais vu une fois la bande-annonce du 3. On m’avait annoncé une catastrophe, un ratage complet, mais qui allait faire des millions d’entrées, j’ai voulu voir de quoi il en retournait. Je précise que j’ai un abonnement qui…

3 Bilboards, les panneaux de la vengeance: magnifique!

Nous avons vu deux films ce week-end. Je vais surtout m’étendre sur le premier, à savoir 3 Bilboards, les panneaux de la vengeance. Un film qui a gagné de nombreux prix, notamment celui du meilleur scénario à  la Mostra de Venise. L’histoire en quelques mots: 3 panneaux publicitaires gigantesques, en bois, abandonnés au milieu de nulle part, près d’Ebbing, dans le Missouri… Midred Hayes, Frances McDormand a perdu sa fille, violée sur la route alors qu’elle rentrait à la maison, en pleine nuit. L’affaire n’avance pas, parce qu’il n’y a aucun indice. Pour faire bouger les choses, la mère loue, avec…

Le grand méchant renard: une vraie réussite

Noël est une période sympa pour aller voir des films avec les enfants. Nous avons vu Santa et Cie, de et avec Alain Chabat. Comédie française sympathique, avec un Chabat qui se lâche un peu moins que d’habitude, ce qui est un peu dommage d’ailleurs. De manière générale, tant que «?parents?» d’enfants qui grandissent ou sont déjà adultes, je dois dire que je ne suis pas fâché de quitter peu à peu les dessins animés américains gros budget et grand spectacle qui veulent nous imposer 5 gags à la minute, pour absolument plaire autant aux parents qu’aux enfants. Dimanche passé,…

A Beautiful Day et Le Brio

Deux films du week-end aujourd’hui. Le premier est tout à fait étonnant. Il s’agit de A Beautifull Day. Un politicien tout pourri met sa propre fille à disposition d’un réseau pédophile constitué entre autres, en sus de lui-même, d’un sénateur américain. Pris soudainement de remords suite à la disparition de son enfant, il fait appel à un homme bourru, secret, ancien soldat, tueur à gages, joué par Joaquin Phoenix, excellent dans ce rôle (premier prix d’interprétation masculine à Cannes), qui va tout faire pour la tirer de là. Ce film, qui a obtenu également le prix du meilleur scénario à Cannes, est…

Au revoir là-haut, le film que vous devez voir

J’avais parlé sur Cuk.ch de ce livre extraordinaire signé Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013: Au revoir là-haut. Pour reprendre le résumé que j’en faisais en juin 2015, afin de ne pas déflorer l’histoire: Le contexte: la fin de la Première Guerre mondiale, et l’immédiat après-guerre, avec ses lots de malheureux, de gueules cassées, de profiteurs, d’immondes personnages qui se sont fait une richesse sur le dos des premiers. J’ajouterai que les personnages sont à la hauteur du drame vécu: Albert Maillard (Albert Dupontel, également réalisateur du film) est sauvé héroïquement, un des derniers jours de la guerre, par un de ses…